bibliotheq.net - littérature française
 

Théophile Gautier - La morte amoureuse

un état qui touchait presque à l'extase. L'évêque, vieillard vénérable, me paraissait Dieu le Père penché
sur son éternité, et je voyais le ciel à travers les voûtes du temple.

Vous savez les détails de cette cérémonie: la bénédiction, la communion sous les deux espèces, l'onction
de la paume des mains avec l'huile des catéchumènes, et enfin le saint sacrifice offert de concert avec

l'évêque. Je ne m'appesantirai pas sur cela. Oh! que Job a raison, et que celui-là est imprudent qui ne

conclut pas un pacte avec ses yeux! Je levai par hasard ma tête, que j 'avais jusque- là tenue inclinée, et

j'aperçus devant moi, si près que j'aurais pu la toucher, quoique en réalité elle fût à une assez grande

distance et de l'autre côté de la balustrade, une jeune femme d'une beauté rare et vêtue avec une

magnificence royale. Ce fut comme si des écailles me tombaient des prunelles. J'éprouvai la sensation

d'un aveugle qui recouvrerait subitement la vue. L'évêque, si rayonnant tout à l'heure, s'éteignit tout à

coup, les cierges pâlirent sur leurs chandeliers d'or comme les étoiles au matin, et il se fit par toute

l'église une complète obscurité. La charmante créature se détachait sur ce fond d'ombre comme une

révélation angélique ; elle semblait éclairée d'elle-même et donner le jour plutôt que le recevoir.

Je baissai la paupière, bien résolu à ne plus la relever pour me soustraire à l'influence des objets
extérieurs ; car la distraction m'envahissait de plus en plus, et je savais à peine ce que je faisais.

Une minute après, je rouvris les yeux, car à travers mes cils je la voyais étincelante des couleurs du
prisme, et dans une pénombre pourprée comme lorsqu'on regarde le soleil.

Oh! comme elle était belle! Les plus grands peintres, lorsque, poursuivant dans le ciel la beauté idéale, ils
ont rapporté sur la terre le divin portrait de la Madone, n'approchent même pas de cette fabuleuse réalité.

Ni les vers du poète ni la palette du peintre n'en peuvent donner une idée. Elle était assez grande, avec

une taille et un port de déesse ; ses cheveux, d'un blond doux, se séparaient sur le haut de sa tête et

coulaient sur ses tempes comme deux fleuves d'or ; on aurait dit une reine avec son diadème ; son front,

dune blancheur bleuâtre et transparente, s'étendait large et serein sur les arcs de deux cils presque bruns,

singularité qui ajoutait encore à l'effet de prunelles vert de mer d'une vivacité et d'un éclat insoutenables.

Quels yeux! avec un éclair ils décidaient de la destinée d'un homme ; ils avaient une vie, une limpidité,

une ardeur, une humidité brillante que je n'ai jamais vues à un oeil humain ; il s'en échappait des rayons

pareils à des flèches et que je voyais distinctement aboutir à mon coeur. Je ne sais si la flamme qui les

illuminait venait du ciel ou de l'enfer, mais à coup sûr elle venait de l'un ou de l'autre. Cette femme était

un ange ou un démon, et peut-être tous les deux ; elle ne sortait certainement pas du flanc d'Ève, la mère

commune. Des dents du plus bel orient scintillaient dans son rouge sourire, et de petites fossettes se

creusaient à chaque inflexion de sa bouche dans le satin rose de ses adorables joues. Pour son nez, il était

d'une finesse et d'une fierté toute royale, et décelait la plus noble origine. Des luisants d'agate jouaient sur

la peau unie et lustrée de ses épaules à demi découvertes, et des rangs de grosses perles blondes, d'un ton

presque semblable à son cou, lui descendaient sur la poitrine. De temps en temps elle redressait sa tête

avec un mouvement onduleux de couleuvre ou de paon qui se rengorge, et imprimait un léger frisson à la

haute fraise brodée à jour qui l'entourait comme un treillis d'argent.

Elle portait une robe de velours nacarat, et de ses larges manches doublées d'hermine sortaient des mains
patriciennes d'une délicatesse infinie, aux doigts longs et potelés, et d'une si idéale transparence qu'ils

laissaient passer le jour comme ceux de l'Aurore.

Tous ces détails me sont encore aussi présents que s'ils dataient d'hier, et, quoique je fusse dans un
trouble extrême, rien ne m'échappait: la plus légère nuance, le petit point noir au coin du menton,

l'imperceptible duvet aux commissures des lèvres, le velouté du front, l'ombre tremblante des cils sur les

< page précédente | 2 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.