bibliotheq.net - littérature française
 

Stendhal - Le Rouge et Le Noir

Enfin, comme il repassait devant l'hôtel des Ambassadeurs, ses yeux inquiets rencontrèrent ceux d'une
grosse femme, encore assez jeune, haute en couleur, à l'air heureux et gai. Il s'approcha d'elle et lui

raconta son histoire.

- Certainement, mon joli petit abbé, lui dit l'hôtesse des Ambassadeurs, je vous garderai vos habits
bourgeois et même les ferai épousseter souvent. De ce temps-ci, il ne fait pas bon laisser un habit de drap

sans le toucher. Elle prit une clef et le conduisit elle-même dans une chambre, en lui recommandant

d'écrire la note de ce qu'il laissait.

- Bon Dieu! que vous avez bonne mine comme ça, monsieur l'abbé Sorel, lui dit la grosse femme, quand
il descendit à la cuisine, je m'en vais vous faire servir un bon dîner, et, ajouta-t-elle à voix basse, il ne

vous coûtera que vingt sols au lieu de cinquante que tout le monde paye; car il faut bien ménager votre

petit boursicot.

- J'ai dix louis, répliqua Julien, avec une certaine fierté.

- Ah! bon Dieu! répondit la bonne hôtesse alarmée, ne parlez pas si haut; il y a bien des mauvais sujets
dans Besançon. On vous volera cela en moins de rien. Surtout n'entrez jamais dans les cafés, ils sont

remplis de mauvais sujets.

- Vraiment! dit Julien, à qui ce mot donnait à penser.

- Ne venez jamais que chez moi, je vous ferai faire du café. Rappelez-vous que vous trouverez toujours
ici une amie et un bon dîner à vingt sols, c'est parler ça, j'espère. Allez vous mettre à table, je vais vous

servir moi-même.

- Je ne saurais manger, lui dit Julien, je suis trop ému, je vais entrer au séminaire, en sortant de chez
vous.

La bonne femme ne le laissa partir qu'après avoir empli ses poches de provisions. Enfin Julien
s'achemina vers le lieu terrible; l'hôtesse, de dessus sa porte, lui en indiquait la route.

CHAPITRE XXV. LE SÉMINAIRE

Trois cent trente-six dîners à 83 centimes trois cent trente-six soupers à 38 centimes; du chocolat à qui;
de droit; combien y a-t-il à gagner sur la soumission?

LE VALENOD de BESANÇON.

Il vit de loin la croix de fer doré sur la porte; il approcha lentement, ses jambes semblaient se dérober
sous lui. "Voilà donc cet enfer sur la terre, dont je ne pourrai sortir!" Enfin il se décida à sonner. Le bruit

de la cloche retentit, comme dans un lieu solitaire. Au bout de dix minutes un homme pâle, vêtu de noir,

vint lui ouvrir. Julien lé regarda et aussitôt baissa les yeux. Il trouva à ce portier une physionomie

singulière. La pupille saillante et verte de ses yeux s'arrondissait comme celle d'un chat; les contours

immobiles de ses paupières annonçaient l'impossibilité de toute sympathie, ses lèvres minces se

développaient en demi-cercle sur des dents qui avançaient. Cependant cette physionomie ne montrait pas

le crime mais plutôt cette insensibilité parfaite qui inspire bien plus de terreur à la jeunesse. Le seul

sentiment que le regard rapide de Julien put deviner sur cette longue figure dévote fut un mépris profond

pour tout ce dont on voudrait lui parler, et qui ne serait pas l'intérêt du ciel.

Julien releva les yeux avec effort, et d'une voix que le battement de coeur rendait tremblante, il expliqua

< page précédente | 99 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.