bibliotheq.net - littérature française
 

Stendhal - Le Rouge et Le Noir

Bientôt le roi arriva, suivi du seul M. de La Mole et de son grand chambellan. Les gardes eux-mêmes
restèrent en dehors, à genoux, et présentant les armes.

Sa Majesté se précipita plutôt qu'elle ne se jeta sur le prie-Dieu. Ce fut alors seulement que Julien, collé
contre la porte dorée, aperçut, par-dessous le bras nu d'une jeune fille, la charmante statue de saint

Clément. Il était caché sous l'autel, en costume de jeune soldat romain. Il avait au cou une large blessure

d'où le sang semblait couler. L'artiste s'était surpassé ses yeux mourants, mais pleins de grâce, étaient à

demi fermés. Une moustache naissante ornait cette bouche charmante, qui à demi fermée avait encore

l'air de prier. A cette vue, la jeune fille voisine de Julien pleura à chaudes larmes; une de ses larmes

tomba sur la main de Julien

Après un instant de prières dans le plus profond silence, troublé seulement par le son lointain des cloches
de tous les villages à dix lieues à la ronde, l'évêque d'Agde demanda au roi la permission de parler. Il

finit un petit discours fort touchant par des paroles simples, mais dont l'effet n'en était que mieux assuré.

- N'oubliez jamais, jeunes chrétiennes, que vous avez vu l'un des plus grands rois de la terre à genoux
devant les serviteurs de ce Dieu tout-puissant et terrible. Ces serviteurs faibles, persécutés assassinés sur

la terre comme vous le voyez par la blessure encore sanglante dé saint Clément, ils triomphent au ciel.

N'est-ce pas, jeunes chrétiennes, vous vous souviendrez à jamais de ce jour? vous détesterez l'impie. A

jamais vous serez fidèles à ce Dieu si grand, si terrible, mais si bon.

A ces mots l'évêque se leva avec autorité.

- Vous me le promettez, dit-il, en avançant le bras, d'un air inspiré.

- Nous le promettons, dirent les jeunes filles, en fondant en larmes.

- Je reçois votre promesse, au nom du Dieu terrible ajouta l'évoque, d'une voix tonnante.

Et la cérémonie fut terminée.

Le roi lui-même pleurait. Ce ne fut que longtemps après que Julien eut assez de sang-froid pour
demander où étaient les os du saint envoyés de Rome à Philippe le Bon, duc de Bourgogne. On lui apprit

qu'ils étaient cachés dans la charmante figure de cire.

Sa Majesté daigna permettre aux demoiselles qui l'avaient accompagnée dans la chapelle de porter un
ruban rouge sur lequel étaient brodés ces mots: HAINE A L'IMPIE, ADORATION PERPETUELLE.

M. de La Mole fit distribuer aux paysans dix mille bouteilles de vin. Le soir, à Verrières, les libéraux
trouvèrent une raison pour illuminer cent fois mieux que les royalistes. Avant de partir, le roi fit une

visite à M. de Moirod.

CHAPITRE XIX. PENSER FAIT SOUFFRIR

Le grotesque des événements de tous les jours vous cache le vrai malheur des passions.
BARNAVE.

En replaçant les meubles ordinaires dans la chambre qu'avait occupée M. de La Mole, Julien trouva une
feuille de papier très fort, pliée en quatre. Il lut au bas de la première page:

A.S.E.M. le marquis de La Mole, pair de France, chevalier des ordres du roi, etc., etc.

< page précédente | 64 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.