bibliotheq.net - littérature française
 

Stendhal - Le Rouge et Le Noir

forces.

- Il faut que j'aie cette boîte, se dit-elle en doublant le pas.

Elle entendit son mari parler au valet de chambre dans la chambre même de Julien. Heureusement ils
passèrent dans celle des enfants. Elle souleva le matelas et plongea la main dans la paillasse avec une

telle violence qu'elle s'écorcha les doigts. Mais quoique fort sensible aux petites douleurs de ce genre,

elle n'eut pas la conscience de celle-ci, car presque en même temps elle sentit le poli de la boîte de carton.

Elle la saisit et disparut.

A peine fut-elle délivrée de la crainte d'être surprise par son mari, que l'horreur que lui causait cette boîte
fut sur le point de la faire décidément se trouver mal.

Julien est donc amoureux, et je tiens là le portrait de la femme qu'il aime!

Assise sur une chaise dans l'antichambre de cet appartement, Mme de Rênal était en proie à toutes les
horreurs de la jalousie. Son extrême ignorance lui fut encore utile en ce moment, l'étonnement tempérait

la douleur. Julien parut, saisit la boîte, sans remercier, sans rien dire et courut dans sa chambre où il fit du

feu et la brûla à l'instant. Il était pâle, anéanti, il s'exagérait l'étendue du danger qu'il venait de courir.

"Le portrait de Napoléon, se disait-il en hochant la tête, trouvé caché chez un homme qui fait profession
d'une telle haine pour l'usurpateur! trouvé par M. de Rênal, tellement ultra et tellement irrité! et pour

comble d'imprudence, sur le carton blanc derrière le portrait des lignes écrites de ma main! et qui ne

peuvent laisser aucun doute sur l'excès de mon admiration! et chacun de ces transports d'amour est daté!

Il y en a d'avant-hier.

"Toute ma réputation tombée, anéantie en un moment! se disait Julien, en voyant brûler la boîte et ma
réputation est tout mon bien, je ne vis que par elle... et encore, quelle vie, grand Dieu!"

Une heure après, la fatigue et la pitié qu'il sentait pour lui-même le disposaient à l'attendrissement. Il
rencontra Mme de Rênal et prit sa main qu'il baisa avec plus de sincérité qu'il n'avait jamais fait. Elle

rougit de bonheur, et presque au même instant repoussa Julien avec la colère de la jalousie. La fierté de

Julien si récemment blessée en fit un sot dans ce moment. Il ne vit en Mme de Rênal qu'une femme riche,

il laissa tomber sa main avec dédain et s'éloigna. Il alla se promener pensif dans le jardin, bientôt un

sourire amer parut sur ses lèvres.

"Je me promène là, tranquille comme un homme maître de son temps! Je ne m'occupe pas des enfants! je
m'expose aux mots humiliants de M. de Rênal, et il aura raison. "Il courut à la chambre des enfants."

Les caresses du plus jeune qu'il aimait beaucoup calmèrent un peu sa cuisante douleur.

Celui-là ne me méprise pas encore, pensa Julien. Mais bientôt il se reprocha cette diminution de douleur
comme une nouvelle faiblesse. "Ces enfants me caressent comme ils caresseraient le jeune chien de

chasse que l'on a acheté hier."

CHAPITRE X. UN GRAND COEUR ET UNE PETITE FORTUNE

But passion most dissembles, yet betrays,
Even by its darkness; as the blackest sky

Foretells the heaviest tempest.

< page précédente | 36 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.