bibliotheq.net - littérature française
 

Stendhal - Le Rouge et Le Noir

M. de Rênal cita un assez grand nombre de prétendus vers d'Horace. Il expliqua à ses enfants ce que
c'était qu'Horace; mais les enfants, frappés d'admiration, ne faisaient guère attention à ce qu'il disait. Ils

regardaient Julien.

Les domestiques étant toujours à la porte, Julien crut devoir prolonger l'épreuve:

- Il faut dit-il au plus jeune des enfants, que M. Stanislas-Xavier m'indique aussi un passade du livre
saint.

Le petit Stanislas, tout fier, lut tant bien que mal le premier mot d'un alinéa, et Julien dit toute la page.
Pour que rien ne manquât au triomphe de M. de Rênal, comme Julien récitait, entrèrent M. Valenod, le

possesseur des beaux chevaux normands, et M. Charcot de Maugiron, sous-préfet de l'arrondissement.

Cette scène valut à Julien le titre de monsieur; les domestiques eux-mêmes n'osèrent pas le lui refuser.

Le soir tout Verrières afflua chez M. de Rênal pour voir la merveille. Julien répondait à tous d'un air
sombre qui tenait à distance. Sa gloire s'étendit si rapidement dans la ville, que peu de jours après M. de

Rênal, craignant qu'on ne le lui enlevât, lui proposa de signer un engagement de deux ans.

- Non, monsieur, répondit froidement Julien, si vous vouliez me renvoyer je serais obligé de sortir. Un
engagement qui me lie sans vous obliger à rien n'est point égal, Je le refuse.

Julien sut si bien faire que moins d'un mois après son arrivée dans la maison, M. dé Rênal lui-même le
respectait. Le curé étant brouillé avec MM. de Rênal et Valenod, personne ne put trahir l'ancienne

passion de Julien pour Napoléon, il n'en parlait qu'avec horreur..

CHAPITRE VII. LES AFFINITÉS ÉLECTES

Ils ne savent toucher le coeur qu'en le froissant.
UN MODFRNE.

Les enfants l'adoraient, lui ne les aimait point; sa pensée était ailleurs. Tout ce que ces marmots
pouvaient faire ne l'impatientait jamais. Froid, juste, impassible, et cependant aimé, parce que son arrivée

avait en quelque sorte chassé l'ennui de la maison, il fut un bon précepteur. Pour lui, il n'éprouvait que

haine et horreur pour la haute société où il était admis, à la vérité au bas bout de la table ce qui explique

peut-être la haine et l'horreur. Il y eut certains dîners d'apparat où il put à grand-peine contenir sa haine

pour tout ce qui l'environnait. Un jour de la Saint-Louis entre autres, M. Valenod tenait le de chez M. de

Rênal, Julien fut sur le point de se trahir; il se sauva dans le jardin, sous prétexte de voir les enfants.

"Quels éloges de la probité, s'écria-t-il! on dirait que c'est la seule vertu; et cependant quelle

considération, quel respect bas pour un homme qui évidemment a doublé et triplé sa fortune, depuis qu'il

administre le bien des pauvres! je parierais qu'il gagne même sur les fonds destinés aux enfants trouvés, à

ces pauvres, dont la misère est encore plus sacrée que celle des autres! Ah! monstres! monstres! Et moi

aussi, je suis une sorte d'enfant trouvé, haï de mon père, de mes frères, de toute ma famille. ''

Quelques jours avant la Saint-Louis, Julien, se promenant seul et disant son bréviaire dans un petit bois,
qu'on appelle le Belvédère', et qui domine le Cours de la Fidélité, avait cherché en vain à éviter ses deux

frères, qu'il voyait venir de loin par un sentier solitaire. La jalousie de ces ouvriers grossiers avait été

tellement provoquée par le bel habit noir, par l'air extrêmement propre de leur frère, par le mépris sincère

qu'il avait pour eux, qu'ils l'avaient battu au point de le laisser évanoui et tout sanglant. Mme de Rênal, se

promenant avec M. Valenod et le sous-préfet, arriva par hasard dans le petit bois; elle vit Julien étendu

< page précédente | 21 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.