bibliotheq.net - littérature française
 

Stendhal - Le Rouge et Le Noir

Le groupe de Mlle de La Mole était encore peuplé. Elle était occupée avec ses amis à se moquer du
malheureux comte de Thaler. C'était le fils unique de ce fameux juif, célèbre par les richesses qu'il avait

acquises en prêtant de l'argent aux rois pour faire la guerre aux peuples. Le juif venait de mourir laissant

à son fils cent mille écus de rente par mois, et un nom, hélas! trop connu'. Cette position singulière eût

exigé de la simplicité dans le caractère, ou beaucoup de force de volonté.

Malheureusement, le comte n'était qu'un bon garçon garni de toutes sortes de prétentions qui se
réveillaient successivement à la voix de ses flatteurs.

M. de Caylus prétendait qu'on lui avait donné la volonté de demander en mariage Mlle de La Mole (à
laquelle le marquis de Croisenois, qui devait être duc avec cent mille livres de rente, faisait la cour).

- Ah! ne l'accusez pas d'avoir une volonté, disait piteusement Norbert.

Ce qui manquait peut-être le plus à ce pauvre comte de Thaler, c'était la faculté de vouloir. Par ce côté de
son caractère il eût été digne d'être roi. Prenant sans cesse conseil de tout le monde, il n'avait le courage

de suivre aucun avis jusqu'au bout.

Sa physionomie eût suffi à elle seule, disait Mlle de La Mole, pour lui inspirer une joie éternelle. C'était
un mélange singulier d'inquiétude et de désappointement; mais de temps à autre on y distinguait fort bien

des bouffé es d 'importance et de ce ton tranchant que doit avoir l'homme le plus riche de France, quand

surtout il est assez bien fait de sa personne et n'a pas encore trente-six ans. Il est timidement insolent,

disait M. de Croisenois. Le comte de Caylus, Norbert et deux ou trois jeunes gens à moustaches le

persiflèrent tant qu'ils voulurent, sans qu'il s'en doutât, et enfin le renvoyèrent comme une heure sonnait:

- Sont-ce vos fameux chevaux arabes qui vous attendent à la porte par le temps qu'il fait? lui dit Norbert.

- Non, c'est un nouvel attelage bien moins cher répondit M. de Thaler. Le cheval de gauche me coûté
cinq mille francs, et celui de droite ne vaut que cent louis, mais je vous prie de croire qu'on ne l'attelle

que de nuit. C'est que son trot est parfaitement semblable à celui de l'autre.

La réflexion de Norbert fit penser au comte qu'il était décent pour un homme comme lui d'avoir la
passion des chevaux, et qu'il ne fallait pas laisser mouiller les siens. Il partit, et ces messieurs sortirent un

instant après en se moquant de lui.

"Ainsi, pensait Julien en les entendant rire dans l'escalier, il m'a été donné de voir l'autre extrême de ma
situation! Je n'ai pas vingt louis de rente, et je me suis trouvé côte à côte avec un homme qui a vingt louis

de rente par heure, et l'on se moquait de lui... Une telle vue guérit de l'envie."

CHAPITRE V. LA SENSIBILITÉ ET UNE GRANDE DAME DÉVOTE

Une idée un peu vive y a l'air d'une grossièreté, tant on y est accoutumé aux mots sans relief. Malheur à
qui invente en parlant!

FAUBRAS

Après plusieurs mois d'épreuves, voici où en était Julien le jour où l'intendant de la maison lui remit le
troisième quartier de ses appointements. M. de La Mole l'avait chargé de suivre l'administration de ses

terres en Bretagne et en Normandie. Julien y faisait de fréquents voyages. Il était chargé en chef de la

correspondance relative au fameux procès avec l'abbé de Frilair; M. Pirard l'avait instruit.

< page précédente | 156 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.