bibliotheq.net - littérature française
 

Stendhal - La Chartreuse de Parme

Fabrice paraissait chaque jour dans les maisons les plus considérées et les moins gaies de Parme. Dirigé
par les conseils habiles de la duchesse, il faisait une cour savante aux deux princes père et fils, à la

princesse Clara-Paolina et à Mgr l'archevêque. Il avait des succès, mais qui ne le consolaient point de la

peur mortelle de se brouiller avec la duchesse.


CHAPITRE VIII

Ainsi moins d'un mois seulement après son arrivée à la cour, Fabrice avait tous les chagrins d'un
courtisan, et l'amitié intime qui faisait le bonheur de sa vie était empoisonnée. Un soir, tourmenté par ces

idées, il sortit de ce salon de la duchesse où il avait trop l'air d'un amant régnant; errant au hasard dans la

ville, il passa devant le théâtre qu'il vit éclairé; il entra. C'était une imprudence gratuite chez un homme

de sa robe et qu'il s'était bien promis d'éviter à Parme, qui après tout n'est qu'une petite ville de quarante

mille habitants. Il est vrai que dès les premiers jours il s'était affranchi de son costume officiel, le soir,

quand il n'allait pas dans le très grand monde, il était simplement vêtu de noir comme un homme en

deuil.

Au théâtre il prit une loge du troisième rang pour n'être pas vu; l'on donnait La Jeune Hôtesse, de
Goldoni. Il regardait l'architecture de la salle: à peine tournait-il les yeux vers la scène. Mais le public

nombreux éclatait de rire à chaque instant; Fabrice jeta les yeux sur la jeune actrice qui faisait le rôle de

l'hôtesse, il la trouva drôle. Il regarda avec plus d'attention, elle lui sembla tout à fait gentille et surtout

remplie de naturel: c'était une jeune fille naïve qui riait la première des jolies choses que Goldoni mettait

dans sa bouche, et qu'elle avait l'air tout étonnée de prononcer. Il demanda comment elle s'appelait, on lui

dit:

- Marietta, Valserra.

"Ah! pensa-t-il, elle a pris mon nom, c'est singulier."Malgré ses projets il ne quitta le théâtre qu'à la fin de
la pièce. Le lendemain il revint; trois jours après il savait l'adresse de la Marietta Valserra.

Le soir même du jour où il s'était procuré cette adresse avec assez de peine, il remarqua que le comte lui

faisait une mine charmante. Le pauvre amant jaloux, qui avait toutes les peines du monde à se tenir dans

les bornes de la prudence, avait mis des espions à la suite du jeune homme, et son équipée du théâtre lui

plaisait. Comment peindre la joie du comte lorsque le lendemain du jour où il avait pu prendre sur lui

d'être aimable avec Fabrice, il apprit que celui-ci, à la vérité à demi déguisé par une longue redingote

bleue, avait monté jusqu'au misérable appartement que la Marietta Valserra occupait au quatrième étage

d'une vieille maison derrière le théâtre? Sa joie redoubla lorsqu'il sut que Fabrice s'était présenté sous un

faux nom, et avait eu l'honneur d'exciter la jalousie d'un mauvais garnement nommé Giletti, lequel à la

ville jouait les troisièmes rôles de valet, et dans les villages dansait sur la corde. Ce noble amant de la

Marietta se répandait en injures contre Fabrice et disait qu'il voulait le tuer.

Les troupes d'opéra sont formées par un impresario qui engage de côté et d'autre les sujets qu'il peut
payer ou qu'il trouve libres, et la troupe amassée au hasard reste ensemble une saison ou deux tout au

plus. Il n'en est pas de même des compagnies comiques, tout en courant de ville en ville et changeant de

résidence tous les deux ou trois mois, elle n'en forme pas moins comme une famille dont tous les

membres s'aiment ou se haïssent. Il y a dans ces compagnies des ménages établis que les beaux des villes

où la troupe va jouer trouvent quelquefois beaucoup de difficultés à désunir. C'est précisément ce qui

arrivait à notre héros: la petite Marietta l'aimait assez, mais elle avait une peur horrible du Giletti qui

< page précédente | 85 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.