bibliotheq.net - littérature française
 

Stendhal - La Chartreuse de Parme

soldats devaient le garder. On peut juger de l'effet que cette mesure imprévue produisit sur le coeur de
Clélia: cette fille pieuse sentait fort bien jusqu'à quel point elle trahissait son père, et un père qui venait

d'être presque empoisonné dans l'intérêt du prisonnier qu'elle aimait. Elle vit presque dans l'arrivée

imprévue de ces deux cents hommes un arrêt de la Providence qui lui défendait d'aller plus avant et de

rendre la liberté à Fabrice.

Mais tout le monde dans Parme parlait de la mort prochaine du prisonnier. On avait encore traité ce triste
sujet à la fête même donnée à l'occasion du mariage de la signora Giulia Crescenzi. Puisque pour une

pareille vétille, un coup d'épée maladroit donné à un comédien, un homme de la naissance de Fabrice

n'était pas mis en liberté au bout de neuf mois de prison et avec la protection du premier ministre, c'est

qu'il y avait de la politique dans son affaire. Alors, inutile de s'occuper davantage de lui, avait-on dit; s'il

ne convenait pas au pouvoir de le faire mourir en place publique, il mourrait bientôt de maladie. Un

ouvrier serrurier qui avait été appelé au palais du général Fabio Conti parla de Fabrice comme d'un

prisonnier expédié depuis longtemps et dont on taisait la mort par politique. Le mot de cet homme décida

Clélia.


CHAPITRE XXII

Dans la journée Fabrice fut attaqué par quelques réflexions sérieuses et désagréables, mais à mesure qu'il
entendait sonner les heures qui le rapprochaient du moment de l'action, il se sentait allègre et dispos. La

duchesse lui avait écrit qu'il serait surpris par le grand air, et qu'à peine hors de sa prison il se trouverait

dans l'impossibilité de marcher; dans ce cas il valait mieux pourtant s'exposer à être repris que se

précipiter du haut d'un mur de cent quatre-vingts pieds."Si ce malheur m'arrive, disait Fabrice, je me

coucherai contre le parapet, je dormirai une heure, puis je recommencerai; puisque je l'ai juré à Clélia,

j'aime mieux tomber du haut d'un rempart, si élevé qu'il soit que d'être toujours à faire des réflexions sur

lé goût du pain que je mange. Quelles horribles douleurs ne doit-on pas éprouver avant la fin, quand on

meurt empoisonné! Fabio Conti n'y cherchera pas de façons, il me fera donner de l'arsenic avec lequel il

tue les rats de sa citadelle."

Vers le minuit un de ces brouillards épais et blancs que le Pô jette quelquefois sur ses rives s'étendit
d'abord sur la ville, et en sui te gagna l'esplanade et les bastions au milieu desquels s'élève la grosse tour

de la citadelle. Fabrice crut voir que du parapet de la plate-forme, on n'apercevait plus les petits acacias

qui environnaient les jardins établis par les soldats au pied du mur de cent quatre-vingts pieds."Voilà qui

est excellent", pensat-il.

Un peu après que minuit et demi eut sonné, le signal de la petite lampe parut à la fenêtre de la volière.
Fabrice était prêt à agir; il fit un signe de croix, puis attacha à son lit la petite corde destinée à lui faire

descendre les trente-cinq pieds qui le séparaient de la plate-forme où était le palais. Il arriva sans

encombre sur le toit du corps de garde occupé depuis la veille par les deux cents hommes de renfort dont

nous avons parlé. Par malheur les soldats, à minuit trois quarts qu'il était alors, n'étaient pas encore

endormis; pendant qu'il marchait à pas de loup sur le toit de grosses tuiles creuses, Fabrice les entendait

qui disaient que le diable était sur le toit, et qu'il fallait essayer de le tuer d'un coup de fusil. Quelques

voix prétendaient que ce souhait était d'une grande impiété, d'autres disaient que si l'on tirait un coup de

fusil sans tuer quelque chose, le gouverneur les mettrait tous en prison pour avoir alarmé la garnison

inutilement. Toute cette belle discussion faisait que Fabrice se hâtait le plus possible en marchant sur le

< page précédente | 218 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.