bibliotheq.net - littérature française
 

Richard de Bury - Histoire de St. Louis, Roi de France

comtesse de Bretagne, sa soeur, qui avait des prétentions assez considérables sur les comtés de
Champagne et de Brie. En vain le sénéchal insista; le monarque fut inébranlable.

Ces prétentions consistaient en ce que le comte de Bretagne avait épousé Blanche de Champagne, fille
aînée du comte Thibaut, dernier mort, qui l'avait eue d'Agnès de Beaujeu, sa première femme, dont il

était veuf quand il épousa Marguerite de Bourbon, mère du jeune roi de Navarre; de sorte que Blanche

demandait à rentrer en partage de la succession de son père, et avait des droits au moins sur une partie de

la Champagne. Le roi voulait que cette affaire fût terminée, avant qu'on parlât du mariage de sa fille

Isabelle avec le roi de Navarre.

Comme il s'agissait de la Champagne, qui était un fief de la couronne, cette affaire devait se décider en
présence du roi par la cour des pairs. Le roi fit donc examiner le procès du roi de Navarre avec la

comtesse de Bretagne en présence des parties. Il fut accommodé par l'achat que fit le roi de Navarre des

droits de la comtesse de Bretagne, en s'obligeant de lui payer trois mille livres de rente, qui, selon le

poids de la monnaie de ce temps-là, monteraient aujourd'hui à un peu moins de trente mille livres de

rente.

Mariage du roi de Navarre avec Isabelle de France.

Au moyen de cet arrangement, le mariage de Thibaut, roi de Navarre, avec Isabelle de France, fut conclu.
La dot de la princesse fut de dix mille livres, comme celles des autres filles de saint Louis, qui furent

mariées depuis. Les noces se firent à Melun avec beaucoup de solennité. Le roi n'épargnait rien dans ces

circonstances d'éclat, où les princes doivent attirer les regards et l'admiration des peuples par quelque

grand spectacle. Il était aussi réservé quand il s'agissait de son plaisir, que libéral lorsque les raisons

d'état, ou les motifs de religion l'exigeaient; sachant bien que c'est le retranchement des choses superflues

qui conserve et multiplie les fonds pour les dépenses nécessaires.

Le roi permet au roi d'Angleterre de venir à Paris, et lui fait une fête magnifique.

Avant que ces noces fussent célébrées, il y eut en France une fête magnifique à l'occasion suivante: Henri
III, roi d'Angleterre, était depuis assez long-temps en Gascogne. Il en avait enfin apaisé les troubles et les

révoltes qui s'y étaient élevés par la dureté du gouvernement de ceux qu'il y avait envoyé commander: de

sorte que sa présence n'y étant plus nécessaire, il avait pris la résolution de retourner dans son royaume.

Le désir de voir la France, peut-être aussi la crainte d'un trajet par mer, beaucoup plus long en partant de

Bordeaux que celui de Calais à Douvres, lui fit demander au roi la permission de passer par ses états. Ce

prince la lui accorda avec joie, et lui fit savoir qu'il le verrait avec un très-grand plaisir.

Louis envoya des ordres dans toutes les villes de son royaume, par lesquelles Henri devait passer, pour
lui faire rendre tous les honneurs dus à son rang. Il vint par Fontevraud, où il vit les tombeaux de

quelques-uns de ses ancêtres qui y étaient inhumés, et y fit élever un mausolée à la reine sa mère, dont on

transporta le corps du cimetière dans l'église. Il se rendit aussi à l'abbaye de Pontigny, pour y prier auprès

du tombeau de saint Edmond, archevêque de Cantorbéry, qu'il avait beaucoup persécuté. Il traversa ainsi

la France sans suivre les routes ordinaires, et s'arrêtant partout où sa curiosité le conduisait. Il arriva à

Chartres, où le roi alla le recevoir, et où ils se donnèrent mutuellement beaucoup de marques de tendresse

et d'amitié. Le roi d'Angleterre était accompagné d'environ mille personnes, tant seigneurs que

gentilhommes, fort bien montés, et en très-bel équipage. A mesure qu'il avançait, sa cour augmentait.

La reine de France et la comtesse d'Anjou, sa soeur, avaient accompagné le roi à Chartres, où elles
trouvèrent, avec le roi d'Angleterre, leurs deux soeurs; savoir: la reine d'Angleterre et la comtesse de

< page précédente | 98 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.