bibliotheq.net - littérature française
 

Richard de Bury - Histoire de St. Louis, Roi de France

étaient les joueurs, et, quand il fut sur eux, print les dez «et les tables, les jeta en la mer, et se
courrouça très-fort à son frère, de ce qu'il ne lui souvenoit plus de la mort d'un prince qui devoit lui être

si cher, ni des périls desquels Notre-Seigneur les avoit délivrés. Mais le sire de Nemours en fut mieux

payé, car le bon saint roi jeta tous ses deniers après les dez et les tables, en mer.»

[Note 1: Joinville, pag. 79 et 80.]

Le roi arrive en Palestine.

La navigation fut des plus heureuses; les vaisseaux, au bout de six jours, entrèrent dans le port de
Saint-Jean-d'Acre. Toute la ville vint au-devant du roi en procession, et chacun mit pied à terre, dans

l'espérance de trouver quelque repos après tant de fatigues.

Telle fut la fin d'une expédition dont les préparatifs alarmèrent tout l'Orient, dont les premiers succès
firent trembler tous les Musulmans, dont les derniers malheurs remplirent toute l'Europe de deuil et de

tristesse. Louis se montra véritablement grand dans les triomphes, plus grand encore dans les fers,

très-grand par la tendre reconnaissance qu'il conserva toute sa vie pour les bontés d'un Dieu qui l'avait

jugé digne de souffrir pour la gloire de son saint nom.

Désolation de la France et de l'Europe, à la nouvelle de la prison du roi.

Tandis que ces choses se passaient en Orient, on se repaissait en France de diverses nouvelles qui étaient
de jour en jour plus avantageuses. Celles de l'heureuse descente qu'on avait faite en Egypte, de la prise de

Damiette, dont on eut des avis certains, furent, comme c'est l'ordinaire, le fond sur lequel on en fabriqua

plusieurs autres qui en tiraient toute leur vraisemblance, et que l'on croyait avec le plus grand plaisir.

Selon ces bruits, la prise de Damiette avait été suivie de celle du Grand-Caire, et de la défaite entière de

l'armée du soudan. La nouvelle en avait été confirmée par une lettre écrite à un commandeur de l'ordre

des Hospitaliers; la reine Blanche et tout le royaume le crut avec la même facilité. Ce n'était partout que

réjouissances, et principalement en France, d'autant plus que, selon la même lettre, le roi et les princes

ses frères étaient en parfaite santé; mais lorsque l'illusion eut fait place à la vérité, la douleur fut

universelle. Plus la joie avait été grande, plus on fut consterné par les assurances que l'on reçut quelque

temps après de la captivité du roi, de tous les princes et seigneurs, des maladies contagieuses qui l'avaient

précédée, et qui avaient fait périr la plus grande partie de l'armée. Tous les princes chrétiens firent

paraître leur douleur d'un si funeste désastre: toute l'Europe prit part à cette perte, qui était commune à

toute la chrétienté.

La reine Blanche y fut plus sensible que tous les autres; cependant, loin de se laisser accabler par la
douleur, elle s'occupa des moyens de remédier à un mal si pressant: elle n'omit ni exhortations, ni

caresses, ni prières, pour engager les sujets du roi à faire les derniers efforts, afin de payer sa rançon,

celle de tant de braves seigneurs, et pour envoyer du secours à Damiette, dont la conservation répondait

en quelque sorte de la vie du roi son fils.

Mais tous les mouvemens que la captivité du roi causa dans l'Europe eurent peu d'effet, et en produisirent
au contraire un très-fâcheux; qui fut un exemple des illusions dont le peuple est susceptible, et qui le

conduisent ordinairement aux plus grands excès de fanatisme.

Mouvemens des Pastoureaux.

Un Hongrois, nommé Jacob, âgé de soixante ans, apostat de l'ordre de Cîteaux et même de la religion
chrétienne, car il avait secrètement embrassé celle de Mahomet, était en Europe l'espion du soudan

< page précédente | 79 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.