bibliotheq.net - littérature française
 

Richard de Bury - Histoire de St. Louis, Roi de France

La santé de Louis étant si affaiblie qu'il pouvait à peine se soutenir, le sultan Almoadan appréhenda enfin
de le voir mourir, de perdre la grosse rançon qu'il en espérait, et de ne pouvoir rentrer en possession de la

ville de Damiette. Cette crainte le fit changer tout-à-coup de conduite à l'égard de son prisonnier. Il lui

permit de faire venir des étoffes, lui fit présent de deux vestes de taffetas noir, fourrées de vair, avec une

garniture de boutons d'or; lui donna ses gens pour le servir, avec ordre de lui fournir tout ce qu'il

demanderait. Enfin il lui envoya ses médecins, qui lui firent prendre un breuvage qui le guérit en quatre

jours. Le temps dont je parle était, chez les mahométans, un siècle de lumière; ils cultivaient les sciences,

et entre autres la médecine, avec succès.

Quelque temps après le lieutenant du sultan fit monter à cheval le sire de Joinville, et le faisant marcher à
côté de lui, il le conduisit au lieu où était le roi avec les deux princes ses frères. Là étaient aussi plusieurs

seigneurs, et plus de dix mille autres captifs de toute condition; mais les prisonniers de marque séparés

des autres, et ceux-ci renfermés dans une espèce de parc, clos de murailles.

Au bout de quelques jours, un des principaux officiers sarrasins y arriva avec des soldats, et, faisant sortir
du parc les prisonniers les uns après les autres, on leur demandait s'ils voulaient renoncer Jésus-Christ:

ceux qui répondaient que non avaient la tête tranchée dans le moment; ceux qui renonçaient étaient mis à

part.

Joinville et les autres seigneurs furent mis dans un quartier de réserve que les infidèles faisaient
exactement garder, et le roi dans une tente, entourée pareillement d'une forte garde. Le dessein du

soudan, en les faisant ainsi séparer, était de traiter en même temps avec le roi, d'une part, et de l'autre

avec les seigneurs.

Almoadan leur envoya un de ses émirs, avec un truchement qui leur demanda s'ils voulaient traiter de
leur délivrance, et leur dit de choisir quelqu'un d'entre eux pour convenir de leur rançon. Ils choisirent le

comte Pierre de Bretagne, auquel on proposa d'abord de remettre entre les mains du soudan

quelques-unes des forteresses que les chrétiens tenaient encore dans la Palestine. Le comte répondit que

la chose n'était pas en leur disposition, mais en celle de l'empereur Frédéric, comme roi de Jérusalem, et

que ce prince n'y consentirait pas. On lui proposa en second lieu de rendre au soudan quelques places qui

dépendaient des chevaliers du Temple, ou de ceux de l'Hôpital. Le comte répondit que cela était

impossible, parce que ceux à qui l'on en confiait la garde faisaient un serment particulier, en y entrant, de

ne rendre aucunes places pour sauver la vie à qui que ce fût. L'officier mahométan répondit en colère,

qu'il voyait bien qu'ils ne voulaient pas être délivrés, et que bientôt ils seraient traités comme ils venaient

d'en voir traiter tant d'autres; et ensuite il congédia le comte de Bretagne et les envoyés qui l'avaient

accompagné.

On leur en donna la peur toute entière: un moment après ils virent venir vers eux un grand nombre de
jeunes soldats, ayant à leur tête un vieillard musulman qui paraissait un homme de distinction; il leur fit

demander par un truchement s'il était vrai qu'ils crussent en un seul Dieu, qui fût né, crucifié et mort pour

eux, et ensuite ressuscité. Ils répondirent tous avec fermeté qu'ils le croyaient; mais la repartie qu'il leur

fit les surprit beaucoup. «Si cela est, leur répondit-il, ne vous découragez point dans l'état malheureux où

vous vous trouvez: vous souffrez, mais vous n'êtes pas encore morts pour lui comme il est mort pour

vous; et, s'il est ressuscité lui-même, il aura le pouvoir de vous délivrer bientôt de votre captivité.» Après

avoir parlé de la sorte, il se retira. Comme on ne devait guère attendre une pareille morale de la part d'un

mahométan, les prisonniers tirèrent de là un bon augure pour leur délivrance.

Traité du roi pour sa liberté avec Almoadan, soudan d'Egypte.

< page précédente | 72 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.