bibliotheq.net - littérature française
 

Pierre Loti - Pêcheur d'Islande

était; il secouait ses mains en l'air, en disant:

- Ma Doué! ma Doué! sur un ton de désespoir.

Tout près d'eux, dans une éclaircie, se dessina un cap qu'ils ne reconnaissaient pas bien. Il s'embruma
presque aussitôt; on ne le distingua plus.

D'ailleurs, aucune voile en vue, aucune fumée. - Et pour le moment, ils aimaient presque mieux cela: ils
avaient grande crainte de ces sauveteurs anglais qui viennent de force vous tirer de peine à leur manière,

et dont il faut se défendre comme de pirates.

Ils se démenaient tous, changeant, chavirant l'arrimage. Turc, leur chien, qui ne craignait pourtant pas les
mouvements de la mer, était très émotionné lui aussi par cet incident: ces bruits d'en dessous, ces

secousses dures quand la houle passait, et puis ces immobilités, il comprenait très bien que tout cela

n'était pas naturel, et se cachait dans les coins, la queue basse.

Après, ils amenèrent des embarcations pour mouiller des ancres, essayer de se déhaler, en
réunissant toutes leurs forces sur des amarres - une rude manoeuvre qui dura dix heures d'affilée; - et, le

soir venu, le pauvre bateau, arrivé le matin si propre et pimpant, prenait déjà mauvaise figure, inondé,

souillé, en plein désarroi. Il s'était débattu, secoué de toutes les manières, et restait toujours là, cloué

comme un bateau mort.

. . . . . . . . . . . . . . . . La nuit allait les prendre, le vent se levait et la houle était plus haute; cela tournait
mal quand, tout à coup, vers six heures, les voilà dégagés, partis, cassant les amarres qu'ils avaient

laissées pour se tenir... Alors on vit les hommes courir comme des fous de l'avant à l'arrière en criant:

- Nous flottons!

Ils flottaient en effet; mais comment dire cette joie-là, de flotter; de se tenir s'en aller, redevenir
une chose légère, vivante, au lieu d'un commencement d'épave qu'on était tout à l'heure!...

Et, du même coup, la tristesse d'Yann s'était envolée aussi. Allégé comme son bateau, guéri par la saine
fatique de ses bras, il avait retrouvé son air insouciant, secoué ses souvenirs.

Le lendemain matin, quand on eut fini de relever les ancres, il continua sa route vers sa froide Islande, le
coeur en apparence aussi libre que dans ses premières années.

XIII

. . . . . . . . . . . . . . . . . . On distribuait un courrier de France, là bas, à bord de la Circé, en rade
d'Ha-Long, à l'autre bout de la terre. Au milieu d'un groupe serré de matelots, le vaguemestre apppelait à

haute voix les noms des heureux, qui avaient des lettres. Cela se passait le soir, dans la batterie, en se

bousculant autour d'un fanal.

- "Moan, Sylvestre!" - Il y en avait une pour lui, une qui était bien timbrée de Paimpol, - mais ce n'était
pas l'écriture de Gaud. - Qu'est-ce que cela voulait dire? Et de qui venait-elle?

L'ayant tournée et retournée, il l'ouvrit craintivement.

Ploubazlanec, ce 5 mars 1884.

"Mon cher petit-fils," . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

< page précédente | 45 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.