bibliotheq.net - littérature française
 

Pierre Loti - Pêcheur d'Islande

cet infini bleu qui était partout, ils s'étaient abattus, d'un dernier vol épuisé, sur ce bateau qui passait.
Là-bas, au fond de quelque région lointaine de la Libye, leur race avait pullulé dans des amours

exubérantes. Leur race avait pullulé sans mesure, et il y en avait eu trop; alors la mère aveugle, et sans

âme, la mère nature, avait chassé d'un souffle cet excès de petits oiseaux avec la même impassibilité que

s'il se fût agi d'une génération d'hommes.

Et ils mouraient tous sur ces ferrures chaudes du navire; le pont était jonché de leurs petits corps qui hier
palpitaient de vie, de chants et d'amour... Petites loques noires, aux plumes mouillées, Sylvestre et les

gabiers les ramassaient, étendant dans leurs mains, d'un air de commisération, ces fines ailes bleuâtres, -

et puis les poussaient au grand néant de la mer, à coups de balai...

Ensuite passèrent des sauterelles, filles de celles de Moïse, et le navire en fut couvert.

Puis on navigua encore plusiers jours dans du bleu inaltérable où on ne voyait plus rien de vivant, - si ce
n'est des poissons quelquefois, qui volaient au ras de l'eau...

X

... De la pluie à torrents, sous un ciel lourd et tout noir; - c'était l'Inde. Sylvestre venait de mettre le pied
sur cette terre-là, le hasard l'ayant fait choisir à bord pour compléter l'armement d'une baleinière.

A travers l'épaisseur des feuillages, il recevait l'ondée tiède, et regardait autour de lui les choses étranges.
Tout était magnifiquement vert; les feuilles des arbres étaient faites comme des plumes gigantesques, et

les gens qui se promenaient avaient de grands yeux veloutés qui semblaient se fermer sous le poids de

leurs cils. Le vent qui poussait cette pluie sentait le musc et les fleurs.

Des femmes lui faisaient signe de venir: quelque chose comme le Écoute ici, joli garçon,
entendu maintes fois dans Brest. Mais, au milieu de ce pays enchanté, leur appel était troublant et faisait

passer des frissons dans la chair. Leurs poitrines superbes se bombaient sous les mousselines

transparentes qui les drapaient; elles étaient fauves et polies comme du bronze.

Hésitant encore, et pourtant fasciné par elles, il s'avançait déjà, peu à peu, pour les suivre.

...Mais voici qu'un petit coup de sifflet de marine, modulé en trilles d'oiseau, le rappela brusquement dans
sa baleinière, qui allait repartir.

Il prit sa course, - et adieu les belles de l'Inde. Quand on se retrouva au large le soir, il était encore vierge
comme un enfant.

Après une nouvelle semaine de mer bleue, on s'arrêta dans un autre pays de pluie et de verdure. Une nuée
de bonshommes jaunes, qui poussaient des cris, envahit tout de suite le bord, apportant du charbon dans

des paniers.

- Alors nous sommes donc déjà en Chine? Demanda Sylvestre,voyant qu'ils avaient tous des figures de
magot et des queues.

On lui dit que non; encore un peu de patience: ce n'était que Singapour. Il remonta dans sa hune, pour
éviter la poussière noirâtre que le vent promenait, tandis que le charbon des milliers de petits paniers

s'entassait fiévreusement dans les soutes.

Enfin on arriva un jour dans un pays appelé Tourane, où se trouvait au mouillage une certaine

< page précédente | 40 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.