bibliotheq.net - littérature française
 

Pierre Loti - Pêcheur d'Islande

- Envoyez Moan se changer, avait-il dit.

Et Moan, quatre à quatre, était monté se mettre en toilette de ville, - tandis que la bonne vieille, pour
l'amuser, comme toujours, faisait par derrière à cet adjudant une fine grimace impayable, avec une

révérence.

Ensuite, quand il reparut, le petit-fils bien décolleté dans sa tenue de sortie, elle avait été émerveillée de
le trouver si beau: sa barbe noire, qu'un coiffeur lui avait taillée, était en pointe à la mode des marins

cette année-là, les liettes de sa chemise ouverte étaient frisée menu, et son bonnet avait de longs rubans

qui flottaient terminés par des encres d'or.

Un instant elle s'était imaginé voir son fils Pierre qui, vingt ans auparavant, avait été lui aussi gabier de la
flotte, et le souvenir de ce long passé déjà enfui derrière elle, de tous ces morts, avait jeté furtivement sur

l'heure présente une ombre triste.

Tristesse vitte effacée. Ils étaient sortis bras dessus bras dessous, dans la joie d'être ensemble; - et c'est
alors que, la prenant pour son amoureuse, on l'avait jugée "un peu ancienne".

Elle l'avait emmené dîner, en partie fine, dans une auberge tenue par des Paimpolais, qu'on lui avait
recommandée comme n'étant pas trop chère. Ensuite, se donnant le bras toujours, ils étaient allés dans

Brest, regarder les étalages des boutiques. Et rien n'était si amusant que tout ce qu'elle trouvait à dire

pour faire rire son petit-fils, - en breton de Paimpol que les passants ne pouvaient pas comprendre.

VIII

Elle était restée trois jours avec lui, trois jours de fête sur lesquels pesait un après bien sombre,
autant dire trois jours de grâce.

Et enfin il avait bien fallu repartir, s'en retourner à Ploubazlanec. C'est que d'abord elle était au bout de
son pauvre argent. Et puis Sylvestre embarquait le surlendemain, et les matelots sont toujours consignés

inexorablement dans les quartiers, la veille des grands départs (un usage qui semble à première vue un

peu barbare, mais qui est une précaution nécessaire contre les bordées qu'ils ont tendance à courir

au moment de se mettre en campagne).

Oh! ce dernier jour!... Elle avait eu beau faire, beau chercher dans sa tête pour dire encore des choses
drôles à son petit-fils, elle n'avait rien trouvé, non, mais c'étaient des larmes qui avaient envie de venir,

les sanglots qui, à chaque instant, lui montaient à la gorge.

Suspendue à son bras, elle lui faisait mille recommandations qui, à lui aussi, donnaient l'envie de

pleurer. Et ils avaient fini par entrer dans une église pour dire ensemble leurs prières.

C'est par le train du soir qu'elle s'en était allée. Pour économiser, ils s'étaient rendus à pied à la gare; lui,
portant son carton de voyage et la soutenant de son bras fort sur lequel elle s'appuyait de tout son poids.

Elle était fatiguée, fatiguée, la pauvre vieille; elle n'en pouvait plus, de s'être tant surmenée pendant trois

ou quatre jours. Le dos tout courbé sous son châle brun, ne trouvant plus la force de se redresser, elle

n'avait plus rien de jeunet dans la tournure et sentait bien toute l'accablante lourdeur de ses soixante-seize

ans. A l'idée que c'était fini, que dans quelques minutes il faudrait le quitter, son coeur se déchirait d'une

manière affreuse. Et c'était en Chine qu'il s'en allait, là-bas, à la tuerie! Elle l'avait encore là, avec elle:

elle le tenait encore de ses deux pauvres mains... et cependant il partirait; ni toute sa volonté, ni toutes ses

larmes ni tout son désespoir de grand'mère ne pourraient rien pour le garder!...

< page précédente | 37 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.