bibliotheq.net - littérature française
 

Pierre Loti - Pêcheur d'Islande

amuser les absents; et puis le dernier alinéa qui le concernait: "Le bonjour de ma part au fils Gaos".

Et, les lettres finies de lire, Sylvestre timidement montrait la sienne à son grand ami, pour essayer de lui
faire apprécier la main qui l'avait tracée:

- Regarde, c'est une très belle écriture, n'est-ce pas, Yann?

Mais Yann qui savait très bien quelle était cette main de jeune fille, détourna la tête en secouant ses
épaules, comme pour dire qu'on l'ennuyait à la fin avec cette Gaud.

Alors Sylvestre replia soigneusement le pauvre petit papier dédaigné, le remit dans son enveloppe et le
serra dans son tricot contre sa poitrine, se disant tout triste:

- Bien sûr, ils ne se marieront jamais... Mais qu'est-ce qu'il peut avoir comme ça contre elle?...

... Minuit sonne à la cloche du croiseur. Et ils restaient toujours là, assis, songeant au pays, aux absents, à
mille choses, dans un rêve...

A ce moment, l'éternel soleil, qui avait un peu trempé son bord dans les eaux, recommença à monter
lentement.

Et ce fut le matin...

Deuxième Partie

I

... Il avait aussi changé d'aspect et de couleur, le soleil d'Islande, et il ouvrait cette nouvelle journée par
un matin sinistre. Tout à fait dégagé de son voile, il avait pris de grands rayons, qui traversaient le ciel

comme des jets, annonçant le mauvais temps prochain.

Il faisait trop beau depuis quelques jours, cela devait finir. La brise soufflait sur ce conciliabule de
bateaux, comme éprouvant le besoin de l'éparpiller, d'en débarrasser la mer; et ils commençaient à se

disperser, à fuir comme une armée en déroute, - rien que devant cette menace écrite en l'air, à laquelle on

ne pouvait plus se tromper.

Cela soufflait toujours plus fort, faisant frissonner les hommes et les navires.

Les lames, encore petites, se mettaient à courir les unes après les autres, à se grouper; elles s'étaient
marbrées d'abord d'une écume blanche qui s'étalait dessus en bavures; ensuite, avec un grésillement, il en

sortait des fumées; on eût dit que ça cuisait, que ça brûlait; - et le bruit aigre de tout cela augmentait de

minute en minute.

On ne pensait plus à la pêche, mais à la manoeuvre seulement. Les lignes étaient depuis longtemps
rentrées. Ils se hâtaient tous de s'en aller, - les uns, pour chercher un abri dans les fiords, tenter d'arriver à

temps; d'autres, préférant dépasser la pointe sud d'Islande, trouvant plus sûr de prendre le large et d'avoir

devant eux de l'espace libre pour filer vent arrière. Ils se voyaient encore un peu les uns les autres; çà et

là, dans les creux de lames, des voiles surgissaient, pauvres petites choses mouillées, fatiguées, fuyantes,

- mais tenant debout tout de même, comme ces jouets d'enfants en moelle de sureau que l'on couche en

soufflant dessus, et qui toujours se redressent.

La grande panne des nuages, qui s'était condensée à l'horizon de l'ouest avec un aspect d'île, se défaisait

< page précédente | 25 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.