bibliotheq.net - littérature française
 

Pierre Corneille - Le Cid

ELVIRE
Vous verrez cette crainte heureusement déçue.

CHIMÈNE
Allons, quoi qu'il en soit, en attendre l'issue.

SCÈNE II - L'INFANTE, LÉONOR, UN PAGE


L'INFANTE

Page, allez avertir Chimène de ma part
Qu'aujourd'hui pour me voir elle attend un peu tard,

Et que mon amitié se plaint de sa paresse.

(Le page rentre.)

LÉONOR
Madame, chaque jour même désir vous presse ;
Et dans son entretien je vous vois chaque jour

Demander en quel point se trouve son amour.

L'INFANTE
Ce n'est pas sans sujet : je l'ai presque forcée
À recevoir les traits dont son âme est blessée.

Elle aime don Rodrigue, et le tient de ma main,

Et par moi don Rodrigue a vaincu son dédain ;

Ainsi de ces amants ayant formé les chaînes,

Je dois prendre intérêt à voir finir leurs peines.

LÉONOR
Madame, toutefois parmi leurs bons succès
Vous montrez un chagrin qui va jusqu'à l'excès.

Cet amour, qui tous deux les comble d'allégresse,

Fait-il de ce grand coeur la profonde tristesse,

Et ce grand intérêt que vous prenez pour eux

Vous rend-il malheureuse alors qu'ils sont heureux ?

Mais je vais trop avant, et devient indiscrète.

L'INFANTE
Ma tristesse redouble à la tenir secrète.
Écoute, écoute enfin comme j'ai combattu,

Écoute quels assauts brave encor ma vertu.

L'amour est un tyran qui n'épargne personne :

Ce jeune cavalier, cet amant que je donne,

Je l'aime.

LÉONOR
Vous l'aimez !

< page précédente | 4 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.