bibliotheq.net - littérature française
 

Paul Ginisty - Anthologie du Journalisme

Je crois l'espèce humaine indéfiniment perfectible, et qu'ainsi elle doit faire vers la paix, la liberté et
l'égalité, c'est-à-dire vers le bonheur et la vertu, des progrès dont il est impossible de fixer le terme.

Je crois aussi que ces progrès doivent être l'ouvrage de la raison, fortifiée par la méditation, appuyée par
l'expérience.

D'après mes principes, ma philosophie doit être froide et patiente.

Je dois être beaucoup moins effrayé des bruits de conspiration que des mauvais systèmes qui peuvent
retarder plus longtemps le progrès des lumières.

Je dois être plus ennemi des fausses opinions, lorsqu'elles sont nouvelles, lorsqu'elles flattent l'esprit du
moment, que des vieux préjugés, dont la ruine est infaillible et qui n'épouvantent plus que par la masse de

leurs débris.

Comme, suivant cette manière de voir le droit et la justice doivent être les seuls principes de toute
opération politique, je paraîtrai tantôt porter à l'excès l'amour de l'égalité et aspirer à une perfection

chimérique, et tantôt je ne serai qu'un citoyen tiède et presque protecteur des abus.

Je ne dirai pas «tout est bien» mais «tout sera bien» et, par là, je déplairai aux deux partis.

Les préjugés ont reçu, depuis un an, de si violentes secousses que, pour faire de grands progrès vers le
bien, il suffit de laisser à la raison humaine, un peu trop agitée, le temps de reprendre quelque calme.

Tous nos maux actuels disparaîtraient bientôt devant elle, et, alors, dans tous les partis (s'il en reste
encore quelques traces), tous diront que les désordres de la Fronde ont été bien plus cruels et n'ont valu à

la France que cent ans de despotisme.

( La Bouche de fer, 1790.)

*****

RIVAROL

Un dilettantisme aristocratique caractérise d'abord Rivarol. Dans le Journal politique national il
philosophe plus qu'il ne polémique, et, avant de se décider tout à fait pour la cause royaliste, il a louvoyé

quelque temps. Une fois son parti pris, il n'épargne guère plus, d'ailleurs, ses amis que ses ennemis:

«Lorsqu'on veut empêcher une révolution, écrit-il, il faut la vouloir et la faire soigner: elle était trop

nécessaire en France pour ne pas être inévitable.» Lui qui a tant d'esprit, il garde, même en défendant les

idées monarchiques une hautaine indépendance - fût-ce à l'égard de ses lecteurs: «Quelques- uns de ces

lecteurs se sont plaints du style de nos résumés; ils prétendent que cette manière d'écrire donne trop à

penser, et qu'il n'existe point de journal où l'on ait si peu d'égards pour eux. Nous les avertissons que

nous ferons rarement le sacrifice de notre manière. D'ailleurs, si nous descendions toujours, pour leur

épargner la peine de monter, nous laisserions la bonne compagnie qui nous suit depuis lontemps, et qui

est plus aisée à vivre qu'on ne pense, puisqu'elle n'exige pas qu'on sépare les égards qui lui sont dus de

ceux qu'on doit à la langue, au goût, au véritable ton et à la majesté de l'histoire.» Il se définit ainsi

lui-même parfaitement: il pense être toujours dans les salons, où il était un merveilleux causeur, disant

des choses sérieuses avec une grâce frivole, élevant les choses frivoles jusqu'à en dégager de la pensée,

ayant sur tout des opinions originales «salué à la ronde à chaque coup de griffe», incisif au point de se

moquer de lui aussi, après son mariage malheureux avec une aventurière qu'il avait faite aussi facilement

< page précédente | 25 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.