bibliotheq.net - littérature française
 

Paul de Musset - La Chèvre Jaune

accompagnée de son fils. Les gens qu'elle rencontra sur son chemin ne firent aucune attention à son
accoutrement, car la misère est chose sainte et respectable en Sicile. Le soldat qui montait la garde à la

porte d'Ortigia se permit un léger sourire; mais la vieille lui lança un regard si terrible et si fier, qu'il

baissa les yeux. Cicio ayant indiqué à sa mère la maison de Mast'-André, partit suivi de ses chèvres pour

distribuer son lait, en attendant la fin de la conférence. La vieille montagnarde traversa la cour et vint

frapper à la porte de la cuisine. Une servante sortit sa tête par une lucarne, et voyant une personne mal

vêtue, prit dona Barbara pour une mendiante et ne répondit point. Au bout d'une minute, la vieille frappa

de son bâton contre la porte en criant d'une voix sinistre:

- Est-ce la mort ou le sommeil qui règne ici?

- Bonne femme, dit la servante, point de malédictions, s'il vous plaît; vous pourriez attirer sur nous
quelque accident. Allez en paix: on vous donnera du pain un autre jour.

- Accident sur vous! répondit la vieille. Je ne demande point l'aumône, fille insolente. Appelez votre
patron et dites-lui que je viens du Mont-Rosso pour lui parler d'affaires de conséquence.

La cuisinière, subjuguée par le ton impérieux de la montagnarde, courut chercher son patron, et
Mast'-André arriva les mains dans les poches et le cure-dent à la bouche.

CHAPITRE III.

Sans avoir la conscience de son origine, Dona Barbara était un rejeton de cette race civilisée qui rendit la
liberté à des prisonniers par admiration pour les vers d'Euripide. Le culte de l'éloquence est inné en

Sicile, et le guide qui fait un marché avec un étranger ne croirait pas mériter son pourboire s'il ne

l'enlevait par un effort de rhétorique.

- Seigneur notaire, dit la vieille, vous dont la sagesse est fameuse dans le monde entier, vous qui exercez
la noble profession de donner des conseils aux mères de famille, prêtez-moi les lumières de votre esprit.

- Volontiers, interrompit Mast'-André; mais il faut me payer mes consultations, car j'ai acheté fort cher
mon privilège. Si vous avez quatre tari à m'offrir, je vous donnerai tant de bons avis que vos

affaires en iront bien.

- Ce serait grand dommage, reprit la vieille, si, faute de quatre tari, ma bouche se fermait et vos
oreilles refusaient d'entendre des révélations qu'il vous importe de connaître. Apprenez, seigneur notaire,

qu'une jeune fille de cette ville est éperduement amoureuse d'un garçon de nos montagnes. Le père de la

demoiselle ne voudra point d'un gendre sans argent, et la mère du jeune homme craint pour son fils la

corruption des villes. Cependant l'amour va croissant, et si les parents ne s'entendent, ils perdront leurs

enfants et se trouveront seuls sur la terre. Que doivent-ils résoudre, sage Mast'-André? prononcez

vous-même, et ce que vous ordonnerez sera fait.

Liona Barbara employait le subterfuge par lequel Annibal avait annoncé à son gouvernement sa première
défaite; mais le notaire, au rebours du sénat de Carthage, ne donna point dans le piège oratoire:

- Que la mère, dit-il, retienne son fils dans les montagnes, et que le père enferme sa fille dans un couvent.
Voilà ce que ma sagesse ordonne. Payez-moi ma consultation, et que Dieu vous conduise.

- Point d'argent, s'écria la vieille avec véhémence; point d'argent pour un avis aussi mauvais, car le jeune
homme est Cicio, le beau chevrier, et la jeune fille est la tendre Cangia, cette douce colombe blessée que

< page précédente | 9 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.