bibliotheq.net - littérature française
 

Paul de Musset - La Chèvre Jaune

d'un air impassible.

- Signorina, dit-il, sans moi votre papa, au lieu de vous embrasser, serait encore à cette heure dans les
eaux débordées de l'Anapo. Tout service mérite une récompense: faites-moi la grâce de boire ce verre de

lait.

La jeune fille prit le verre et le vida lentement en regardant le chevrier. De son côté Cicio tenait ses
regards invariablement attachés au visage de la belle Cangia, épiant avec une attention extrême les

moindres jeux de cette physionomie mobile. On ne saurait imaginer jusqu'où peut aller le langage des

yeux lorsqu'on n'a pas vu des Siciliens converser ainsi entre eux. C'est tout une science qui échappe à

l'homme du Nord, dont les sens endormis n'ont qu'un vocabulaire borné. Entre deux Siciliens des

étincelles semblent jaillir et porter d'une cervelle à l'autre des idées que nous ne pourrions exprimer sans

le secours de la parole. Un meurtre, un vol, une fourberie sont proposés, acceptés et convenus tacitement

par un clignement d'yeux, à la barbe d'un étranger, avant qu'il en ait le plus léger soupçon. Cette faculté

du langage muet engendre en Sicile bien des petites conspirations et fait marcher en poste l'amour, cet

éternel conspirateur. Mast'-André, qui était du pays, remarqua des signes d'intelligence entre sa fille et le

chevrier; mais il ne devina point ce qu'avaient rapidement échangé Cicio et Cangia. Comment pourrais-je

savoir ce que s'étaient dit ces enfants, si le regard intéressé d'un père ne l'avait pas compris? Il est certain

qu'une complicité soudaine s'était établie entre eux. Quant à leurs sentiments, il faut espérer que la suite

de cette histoire les fera connaître.

CHAPITRE II.

Tandis que la belle Angélica et le jeune chevrier conversaient ensemble par le regard, les sourcils
courroucés de Mast'-André avaient pris l'aspect effrayant d'une grosse accolade renversée. Le notaire tira

de sa poche une pièce de 2 sous, qu'il déposa dans la main de Cicio, en lui disant d'un ton brusque:

- Le service que tu m'as rendu et le verre de lait sont payés. Tu peux t'en aller.

- Je n'ai point envie de rester ici plus longtemps, répondit Cicio, car mes pratiques m'attendent.
Cependant, je ferai volontiers voir à la signorina quelques-unes des gentillesses de ma chèvre jaune.

- Au diable la chèvre jaune! je me soucie fort peu de ses gentillesses.

- C'est que vous ne la connaissez pas, reprit le chevrier. On vient de quatre lieues à Floridia pour la voir
danser, et elle fait la joie de mon village.

- Si tu ne sors, je te vais mettre à la porte, interrompit Mast'-André.

- Excellence, quand j'ai le bonheur d'acquérir une pratique nouvelle, je considère comme un devoir de lui
donner une petite représentation gratis. Le spectacle curieux que je vais vous offrir ne vous coûtera rien.

- Il faudra donc que je prenne un bâton pour te faire sortir?

Comme s'il n'eût pas même entendu les menaces de Mast'-André, Cicio appela sa chèvre jaune par un cri
guttural. La chèvre accourut en secouant ses cornes, et se dressa sur ses pieds de derrière.

- Allons, Gheta, lui dit son maître, dansons pour réjouir le seigneur notaire et sa divine fille.

Cicio fit claquer ses doigts en manière de castagnettes, et se mit à danser une saltarelle romantique à
l'usage de la chèvre jaune. Tantôt il prenait Gheta par la taille comme une femme, tantôt il la soutenait

< page précédente | 5 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.