bibliotheq.net - littérature française
 

Paul de Musset - La Chèvre Jaune

chaume. Un paysan ouvrit la lucarne et demanda qui était là?

- Ave Maria! dit Trajan à voix basse. J'ai de la pâte étrangère avec moi.

- Des gens riches? demanda le paysan.

- Riches assez. Le bagage est copieux; les malles sont pesantes.

- Je vais envoyer Bernardino allumer le feu sur la colline.

- N'y manque pas. Don Polyphème te gardera scrupuleusement ta part du butin.

- Dites lui que j'irai chercher cette part dimanche à Saint-Philippe, et bonne chance!

Don Trajan cueillit des citrons sur le bord du sentier et en rapporta une provision à l'osteria, afin
d'expliquer la courte absence qu'il venait de faire. Les deux Anglais, aux prises avec le Marsala,

causaient ensemble sur un banc de bois, et Cangia dormait dans la chambre de la fille du cabaretier. Vers

neuf heures du soir, Trajan vit plusieurs feux allumés sur les montagnes dans la direction de Stilla; il

souhaita une heureuse nuit à ses voyageurs, et se coucha dans la mangeoire de ses mules, où il s'endormit

bientôt d'un sommeil à faire envie au plus honnête homme du monde.

CHAPITRE IX.

La caravane se remit en route le lendemain de grand matin, sir George enfoncé dans sa lettiga et ne disant
mot, sir William sur son mulet et ne pensant à rien, Cangia rêvant à ses amours, et le muletier chantant

des airs du pays, accompagné par les clochettes de l'équipage. On s'arrêta pour déjeûner à Paterno, et on

laissa Stilla sur la droite pour arriver plus tôt à Saint-Philippe-d'Argyre. Vers le milieu du jour nos

voyageurs entrèrent dans ce pays sauvage où Cicio et sa mère avaient passé la veille. A la vue de cette

végétation puissante et de ces solitudes, où la nature mettait à nu ses charmes, comme Diane au bain, les

deux Anglais éprouvèrent peut-être un semblant d'émotion, car sir William, qui n'avait encore rien dit,

s'écria:

- Très joli!

A quoi sir George répondit avec beaucoup de justesse:

- Très joli, en vérité!

Dans un défilé étroit, don Trajan posa le bout de sa perche devant le nez de la première mule; le convoi
s'arrêta, et le muletier, après avoir fait une douzaine de signes de croix, tourna vers sir William un visage

si bouleversé que l'Anglais en conçut de l'inquiétude et demanda s'il y avait quelque danger. Sans pouvoir

répondre, Trajan montra du doigt une petite esplanade éclairée par le soleil et sur laquelle on voyait une

chèvre jaune dont les cornes brillaient comme de l'or.

- Eh bien? dit sir William.

- Signor, la chèvre... hélas!... c'est un signe d'accident, dit le muletier en bégayant.

- Comment l'entendez-vous? demanda l'Anglais. Est-ce un présage, une superstition, une chose
surnaturelle?

- Surnaturelle s'il en fut, reprit Trajan, superstition si vous voulez; mais quand on rencontre la chèvre

< page précédente | 35 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.