bibliotheq.net - littérature française
 

Paul de Musset - La Chèvre Jaune

ordinateur. Le ciel a pitié de nous, puisque tu as réussi à t'échapper. J'ai vendu nos chèvres et notre
mobilier, pour la somme de six piastres, au voisin Benedetto. Prends cet argent et va chercher fortune à

Catane. Embrasse-moi: dans deux heures nous serons vengés; mais tu vas perdre ta mère.

Cicio connaissait trop bien l'entêtement et l'exaltation de dona Barbara, pour combattre de front cette
belle entreprise.

- J'approuve votre projet, dit le chevrier; mais qui vous indiquera ce Carthaginois que vous n'avez jamais
vu? Comment pénétrerez-vous jusqu'à lui? Quelle figure allez-vous faire dans les rues de la ville avec

votre carabine? Vous laissera-t-on seulement passer sur le pont-levis? C'est à moi qu'il appartient de tuer

un homme, et je saurai m'échapper encore sur les ailes de la vengeance. Gardez les six piastres et partez

pour Catane. Vous m'attendrez au village de Priolo, où je vous rejoindrai demain au point du jour.

Emmenez avec vous Gheta, et donnez-moi votre bénédiction.

- Oui, s'écria la vieille en battant des mains, tu as dans les veines le pur sang de la Sicile. Prends cette
carabine, ces deux balles de plomb, cette boite à poudre et ce couteau. A présent, je te bénis. Et toi,

pauvre maisonnette où sont morts mon mari et les aïeux de mon fils, sois aussi bénie de celle qui a dormi

sous ton chaume pendant quarante ans. Puisses-tu dire à ceux qui te verront: «J'appartenais à la vieille

Barbara: j'étais le patrimoine du jeune Cicio; mais la persécution et l'injustice m'ont fait changer de

maîtres.»

Cicio et sa mère descendirent le sentier de Floridia et traversèrent la plaine en silence. Au pied du grand
aqueduc, dona Barbara se mit à genoux pour demander au ciel avec ferveur d'accorder à son fils une

bonne et facile vengeance; elle prit ensuite le chemin de Priolo en traversant les ruines d'Epipolis, et

Cicio se dirigea vers la porte de Syracuse.

CHAPITRE V.

A peine le petit chevrier eut-il perdu de vue la vieille Barbara, qu'il ralentit le pas et s'arrêta pour
délibérer avec lui-même. L'amour lui tenait au coeur, bien plus que la vengeance, et son envie était de

revoir sa maîtresse avant de quitter son pays. Il chercha donc un endroit couvert de ronces où il pût

cacher sa carabine, et il se mit à l'ombre dans le tombeau d'Archimède pour y attendre le soir. Les églises

sonnaient l'Angélus et on allait fermer les portes de la ville, lorsque Cicio entra dans Syracuse. La

boutique du notaire était close; mais on voyait de la lumière à la fenêtre d'Angélica. Cicio s'arrêta au pied

de cette fenêtre et chanta les deux premiers vers de la chanson populaire: «_N'es-tu donc née, ô Philis,

que pour me briser le coeur?» Aussitôt la belle Cangia, devinant que ces paroles s'adressaient à elle, parut

sur son balcon; et, malgré l'obscurité, elle reconnut celui qu'elle aimait, à ses haillons et à son air

d'empereur romain.

- Alerte! lui dit-elle à voix basse; il ne faut pas rester là.

- Alerte! vous aussi, répondit Cicio; car je vais pénétrer dans la maison.

Et il partit comme un trait. Une petite ruelle qu'il trouva sur sa droite le conduisit derrière les jardins. Il
grimpa sans peine sur les murs délabrés; le myrte centenaire lui servant d'indice, il entra dans le domicile

de Mast'-André par le chemin des amants et des voleurs. La servante, occupée à laver la vaisselle, ne le

vit point passer devant la porte de la cuisine. Cicio franchit lestement l'escalier, se jeta dans un grenier et

monta sur le toit de la maison. Angélica était encore sur le balcon, rassemblant ses idées pour trouver un

moyen d'introduire près d'elle son amoureux, lorsqu'une branche de giroflée, qui lui tomba sur la main,

< page précédente | 18 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.