bibliotheq.net - littérature française
 

Nicolas Boileau-Despréaux - Le Lutrin

A des chantres gagés le soin de louer Dieu :
Quand la Discorde, encore toute noire de crimes,

Sortant des Cordeliers pour aller aux Minimes,

Avec cet air hideux qui fait frémir la Paix,

S'arrêter près d'un arbre au pied de son palais,

Là, d'un oeil attentif contemplant son empire,

A l'aspect du tumulte elle-même s'admire.

Elle y voit par le coche et d'Evreux et du Mans

Accourir à grand flots ses fidèles Normands :

Elle y voit aborder le marquis, la comtesse,

Le bourgeois, le manant, le clergé, la noblesse ;

Et partout des plaideurs les escadrons épars

Faire autour de Thémis flotter ses étendards.

Mais une église seule à ses yeux immobile

Garde au sein du tumulte une assiette tranquille.

Elle seule la brave ; elle seule aux procès

De ses paisibles murs veut défendre l'accès.

La Discorde, à l'aspect d'un calme qui l'offense,

Fait siffler ses serpents, s'excite à la vengeance

Sa bouche se remplit d'un poison odieux,

Et de longs traits de feu lui sortent par les yeux.

Quoi ! dit-elle d'un ton qui fit trembler les vitres,
J'aurai pu jusqu'ici brouiller tous les chapitres,

Diviser Cordeliers, Carmes et Célestins ;

J'aurai fait soutenir un siège aux Augustins :

Et cette église seule, à mes ordres rebelle,

Nourrira dans son sein une paix éternelle !

Suis-je donc la Discorde ? et, parmi les mortels,

Qui voudra désormais encenser mes autels ?

A ces mots, d'un bonnet couvrant sa tête énorme,
Elle prend d'un vieux chantre et la taille et la forme :

Elle peint de bourgeons son visage guerrier,

Et s'en va de ce pas trouver le trésorier.

Dans le réduit obscur d'une alcôve enfoncée
S'élève un lit de plume à grand frais amassée :

Quatre rideaux pompeux, par un double contour,

En défendent l'entrée à la clarté du jour.

Là, parmi les douceurs d'un tranquille silence,

Règne sur le duvet une heureuse indolence :

C'est que le prélat, muni d'un déjeuner,

Dormant d'un léger somme, attendait le dîner.

La jeunesse en sa fleur brille sur son visage :

Son menton sur son sein descend à double étage ;

< page précédente | 2 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.