bibliotheq.net - littérature française
 

Molière - Tartuffe ou l'Imposteur

Un ami, qui m'est joint d'une amitié fort tendre,
Et qui sait l'intérêt qu'en vous j'ai lieu de prendre,

A violé pour moi, par un pas délicat,

Le secret que l'on doit aux affaires d'État,

Et me vient d'envoyer un avis dont la suite

Vous réduit au parti d'une soudaine fuite.

Le fourbe qui longtemps a pu vous imposer

Depuis une heure au Prince a su vous accuser,

Et remettre en ses mains, dans les traits qu'il vous jette,

D'un criminel d'État l'importante cassette,

Dont, au mépris, dit-il, du devoir d'un sujet,

Vous avez conservé le coupable secret.

J'ignore le détail du crime qu'on vous donne ;

Mais un ordre est donné contre votre personne ;

Et lui-même est chargé, pour mieux l'exécuter,

D'accompagner celui qui vous doit arrêter.

CLÉANTE

Voilà ses droits armés ; et c'est par où le traître
De vos biens qu'il prétend cherche à se rendre maître.

ORGON

L'homme est, je vous l'avoue, un méchant animal !

VALÈRE

Le moindre amusement vous peut être fatal.
J'ai, pour vous emmener, mon carrosse à la porte,

Avec mille louis qu'ici je vous apporte.

Ne perdons point de temps : le trait est foudroyant,

Et ce sont de ces coups que l'on pare en fuyant.

A vous mettre en lieu sûr je m'offre pour conduite,

Et veux accompagner jusqu'au bout votre fuite.

ORGON

Las ! que ne dois-je point à vos soins obligeants !
Pour vous en rendre grâce il faut un autre temps ;

Et je demande au Ciel de m'être assez propice,

Pour reconnoître un jour ce généreux service.

Adieu : prenez le soin, vous autres...

CLÉANTE

Allez tôt :
Nous songerons, mon frère, à faire ce qu'il faut.

SCÈNE DERNIÈRE. - L'Exempt, Tartuffe, Valère, Orgon, Elmire,

< page précédente | 76 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.