bibliotheq.net - littérature française
 

Molière - Tartuffe ou l'Imposteur

VALÈRE

Que vous me comblez d'aise ! Et quoi que puisse oser...

DORINE

Ah ! jamais les amants ne sont las de jaser.
Sortez, vous dis-je.

VALÈRE

. Il fait un pas et revient.

Enfin...

DORINE

Quel caquet est le vôtre !
Tirez de cette part ; et vous, tirez de l'autre.

(Les poussant chacun par l'épaule.)

ACTE III.

SCÈNE PREMIÈRE. - Damis, Dorine.


DAMIS

Que la foudre sur l'heure achève mes destins,
Qu'on me traite partout du plus grand des faquins,

S'il est aucun respect ni pouvoir qui m'arrête,

Et si je ne fais pas quelque coup de ma tête !

DORINE

De grâce, modérez un tel emportement ;
Votre père n'a fait qu'en parler simplement.

On n'exécute pas tout ce qui se propose,

Et le chemin est long du projet à la chose.

DAMIS

Il faut que de ce fat j'arrête les complots,
Et qu'à l'oreille un peu je lui dise deux mots.

DORINE

Ha ! tout doux ! Envers lui, comme envers votre père,
Laissez agit les soins de votre belle-mère.

Sur l'esprit de Tartuffe elle a quelque crédit ;

Il se rend complaisant à tout ce qu'elle dit,

Et pourroit bien avoir douceur de coeur pour elle.

Plût à Dieu qu'il fût vrai ! la chose seroit belle.

Enfin votre intérêt l'oblige à le mander :

Sur l'hymen qui vous touche elle veut le sonder,

Savoir ses sentiments, et lui faire connaître

Quels fâcheux démêlés il pourra faire naître,

S'il faut qu'à ce dessein il prête quelque espoir.

< page précédente | 38 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.