bibliotheq.net - littérature française
 

Molière - Tartuffe ou l'Imposteur

Elle se résolut à souffrir la saignée,
Et le soulagement suivit tout aussitôt.

ORGON

Et Tartuffe ?

DORINE

Il reprit courage comme il faut,
Et contre tous les maux fortifiant son âme,

Pour réparer le sang qu'avoit perdu Madame,

But à son déjeuner quatre grands coups de vin.

ORGON

Le pauvre homme !

DORINE

Tous deux se portent bien enfin ;
Et je vais à Madame annoncer par avance

La part que vous prenez à sa convalescence.

SCÈNE V. - Orgon, Cléante.


CLÉANTE

A votre nez, mon frère, elle se rit de vous ;
Et sans avoir dessein de vous mettre en courroux,

Je vous dirai tout franc que c'est avec justice.

A-t-on jamais parlé d'un semblable caprice ?

Et se peut-il qu'un homme ait un charme aujourd'hui

A vous faire oublier toutes choses pour lui,

Qu'après avoir chez vous réparé sa misère,

Vous en veniez au point...?

ORGON

Alte-là, mon beau-frère :
Vous ne connoissez pas celui dont vous parlez.

CLÉANTE

Je ne le connois pas, puisque vous le voulez ;
Mais enfin, pour savoir quel homme ce peut être....

ORGON

Mon frère, vous seriez charmé de le connoître,
Et vos ravissements ne prendroient point de fin.

C'est un homme... qui... ha !... un homme... un homme enfin.

Qui suit bien ses leçons goûte une paix profonde,

Et comme du fumier regarde tout le monde.

< page précédente | 11 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.