bibliotheq.net - littérature française
 

Molière - Les Fourberies de Scapin

finir en deux mots. (A Scapin.) Son coeur prend feu dès ce moment. Il ne saurait plus vivre qu'il n'aille
consoler son aimable affligée. Ses fréquentes visites sont rejetées de la servante, devenue la gouvernante

par le trépas de la mère : voilà mon homme au désespoir. Il presse, supplie conjure : point d'affaire. On

lui dit que la fille, quoique sans bien et sans appui, est de famille honnête et qu'à moins que de l'épouser,

on ne peut souffrir ses poursuites; voilà son amour augmenté par les difficultés. Il consulte dans sa tête,

agite, raisonne, balance, prend sa résolution : le voilà marié à elle depuis trois jours.

SCAPIN

J'entends.

SYLVESTRE

Maintenant, mets avec cela le retour imprévu du père, qu'on n'attendait que dans deux mois; la
découverte que l'oncle a faite du secret de notre mariage, et l'autre mariage qu'on veut faire de lui avec la

fille que le seigneur Géronte a eue d'une seconde femme qu'on dit qu'il a épousée à Tarente.

OCTAVE

Et par-dessus tout cela, mets encore l'indigence où se trouve cette aimable personne et l'impuissance où
je me vois d'avoir de quoi la secourir.

SCAPIN

Est-ce là tout? Vous voilà bien embarrassés tous deux pour une bagatelle! C'est bien là de quoi se tant
alarmer! N'as-tu point de honte, toi, de demeurer court à si peu de chose? Que diable! te voilà grand et

gros comme père et mère, et tu ne saurais trouver dans ta tête, forger dans ton esprit, quelque ruse

galante, quelque honnête petit stratagème, pour ajuster vos affaires? Fi! Peste soit du butor ! Je voudrais

bien que l'on m'eût donné autrefois nos vieillards à duper : je les aurais joués tous deux par-dessous la

jambe, et je n'étais pas plus grand que cela que je me signalais déjà par cent tours d'adresse jolis.

SYLVESTRE

J'avoue que le Ciel ne m'a pas donné tes talents, et que je n'ai pas l'esprit, comme toi, de me brouiller
avec la justice.

OCTAVE

Voici mon aimable Hyacinte.

SCENE III - HYACINTE, OCTAVE, SCAPIN, SYLVESTRE

HYACINTE

Ah! Octave, est-il vrai ce que Sylvestre vient de dire à Nérine, que votre père est de retour et qu'il veut
vous marier?

OCTAVE

Oui, belle Hyacinte, et ces nouvelles m'ont donné une atteinte cruelle. Mais que vois-je? vous pleurez?
Pourquoi ces larmes? Me soupçonnez-vous, dites-moi, de quelque infidélité, et n'êtes-vous pas assurée de

l'amour que j'ai pour vous?

< page précédente | 8 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.