bibliotheq.net - littérature française
 

Molière - Les Fourberies de Scapin

CARLE

Le pauvre Scapin...

GERONTE

C'est un coquin que je veux pendre.

CARLE

Hélas! Monsieur, vous ne serez pas en peine de cela. En passant contre un bâtiment, il lui est tombé sur
la tête un marteau de tailleur de pierre qui lui a brisé l'os et découvert toute la cervelle. Il se meurt, et il a

prié qu'on l'apportât ici pour vous pouvoir parler avant que de mourir.

ARGANTE

Où est-il?

CARLE

Le voilà.

SCENE XIII - SCAPIN, CARLE, GERONTE, ARGANTE, etc.

SCAPIN

, apporté par deux hommes, et la tête entourée de linges, comme s'il avait été bien blessé. Ahi!

ahi! Messieurs, vous me voyez... Ahi! vous me voyez dans un étrange état. Ahi! Je n'ai pas voulu mourir
sans venir demander pardon à toutes les personnes que je puis avoir offensées. Ahi! oui, Messieurs, avant

que de rendre le dernier soupir, je vous conjure de tout mon coeur de vouloir me pardonner tout ce que je

puis vous avoir fait, et principalement le seigneur Argante et le seigneur Géronte. Ahi!

ARGANTE

Pour moi, je te pardonne; va, meurs en repos...

SCAPIN

, à Géronte. C'est vous, Monsieur, que j'ai le plus offensé par les coups de bâton que...

GERONTE

Ne parle pas davantage, je te pardonne aussi.

SCAPIN

C'a été une témérité bien grande à moi que les coups de bâton que je...

GERONTE

Laissons cela.

SCAPIN

J'ai, en mourant, une douleur inconcevable des coups de bâton que...

GERONTE

Mon Dieu, tais-toi.

< page précédente | 61 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.