bibliotheq.net - littérature française
 

Molière - Les Fourberies de Scapin

que l'Egyptienne est une malavisée, une impertinente, de dire des injures à un homme d'honneur qui
saura lui apprendre à venir ici débaucher les enfants de famille, et que le valet est un scélérat qui sera par

Géronte envoyé au gibet avant qu'il soit demain.

SCENE IV - SYLVESTRE, ZERBINETTE.

SYLVESTRE

Où est-ce donc que vous vous échappez? Savez-vous bien que vous venez de parler là au père de votre
amant?

ZERBINETTE

Je viens de m'en douter et je me suis adressé à lui-même sans y penser, pour lui conter son histoire.

SYLVESTRE

Comment, son histoire?

ZERBINETTE

Oui, j'étais toute remplie du conte, et je brûlais de le redire. Mais qu'importe? Tant pis pour lui. Je ne vois
pas que les choses pour nous en puissent être ni pis ni mieux.

SYLVESTRE

Vous aviez grande envie de babiller; et c'est avoir bien de la langue que de ne pouvoir se taire de ses
propres affaires.

ZERBINETTE

N'aurait-il pas appris cela de quelque autre?

SCENE V - ARGANTE, SYLVESTRE.

ARGANTE

Holà! Sylvestre.

SYLVESTRE

, à Zerbinette. Rentrez dans la maison. Voila mon maître qui m'appelle.

ARGANTE

Vous vous êtes donc accordés, coquin; vous vous êtes accordés, Scapin, vous et mon fils, pour me
fourber, et vous croyez que je l'endure?

SYLVESTRE

Ma foi, Monsieur, si Scapin vous fourbe, je m'en lave les mains, et vous assure que je n'y trempe en
aucune façon.

ARGANTE

Nous verrons cette affaire, pendard, nous verrons cette affaire, et je ne prétends pas qu'on me fasse passer
la plume par le bec.

< page précédente | 55 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.