bibliotheq.net - littérature française
 

Molière - Les Fourberies de Scapin

ARGANTE

Je vais t'attendre chez moi.

SCAPIN

Je ne manquerai pas d'y aller. (Seul.) Et un. Je n'ai qu'à chercher l'autre. Ah! ma foi, le voici. Il semble
que le Ciel, l'un après l'autre, les amène dans mes filets.

SCENE VII - GERONTE, SCAPIN

SCAPIN

, feignant de ne pas voir Géronte. O Ciel! ô disgrâce imprévue! ô misérable père! Pauvre

Géronte, que feras-tu?

GERONTE

, à part. Que dit-il là de moi, avec ce visage affligé?

SCAPIN

, même jeu. N'y a-t-il personne qui puisse me dire où est le seigneur Géronte?

GERONTE

Qu'y a-t-il, Scapin?

SCAPIN

, courant sur le théâtre, sans vouloir entendre ni voir Géronte. Où pourrai-je le rencontrer pour

lui dire cette infortune?

GERONTE

, courant après Scapin. Qu'est-ce que c'est donc?

SCAPIN

, même jeu. En vain je cours de tous côtés pour le pouvoir trouver.

GERONTE

Me voici.

SCAPIN

, même jeu. Il faut qu'il soit caché en quelque endroit qu'on ne puisse point deviner.

GERONTE

, arrêtant Scapin. Holà! es-tu aveugle, que tu ne me vois pas?

SCAPIN

Ah! Monsieur, il n'y a pas moyen de vous rencontrer.

GERONTE

Il y a une heure que je suis devant toi. Qu'est-ce que c'est donc qu'il y a?

SCAPIN

Monsieur...

GERONTE

Quoi?

SCAPIN

< page précédente | 39 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.