bibliotheq.net - littérature française
 

Molière - Les Fourberies de Scapin

SCAPIN

Pourquoi, Monsieur?

SYLVESTRE

Je viens d'apprendre qu'il veut me mettre en procès, et faire rompre par justice le mariage de ma soeur.

SCAPIN

Je ne sais pas s'il a cette pensée; mais il ne veut point consentir aux deux cents pistoles que vous voulez,
et il dit que c'est trop.

SYLVESTRE

Par la mort! par la tête! par le ventre! si je le trouve, je le veux échiner, dussé-je être roué tout vif.
(Argante, pour n'être point vu, se tient en tremblant couvert de Scapin.)

SCAPIN

Monsieur, ce père d'Octave a du coeur, et peut-être ne vous craindra-t-il point.

SYLVESTRE

Lui? lui? Par le sang! par la tête! s'il était là, je lui donnerais tout à l'heure de l'épée dans le ventre.
(Apercevant Argante.) Qui est cet homme-là?

SCAPIN

Ce n'est pas lui, Monsieur, ce n'est pas lui.

SYLVESTRE

N'est-ce point quelqu'un de ses amis?

SCAPIN

Non, Monsieur, au contraire, c'est son ennemi capital.

SYLVESTRE

Son ennemi capital?

SCAPIN

Oui.

SYLVESTRE

Ah! parbleu! j'en suis ravi. (A Argante.) Vous êtes ennemi, Monsieur, de ce faquin d'Argante, eh?

SCAPIN

Oui, oui, je vous en réponds.

< page précédente | 36 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.