bibliotheq.net - littérature française
 

Molière - Les Fourberies de Scapin

On y songera.

LEANDRE

Mais tu sais que le temps presse!

SCAPIN

Ne vous mettez pas en peine. Combien est-ce qu'il vous faut?

LEANDRE

Cinq cents écus.

SCAPIN

Et à vous?

OCTAVE

Deux cents pistoles.

SCAPIN

Je veux tirer cet argent de vos pères. (A Octave.) Pour ce qui est du vôtre, la machine est déjà toute
trouvée. (A Léandre.) Et quant au vôtre, bien qu'avare au dernier degré, il y faudra moins de façons

encore; car vous savez que, pour l'esprit, il n'en a pas, grâces à Dieu, grande provision, et je le livre pour

une espèce d'homme à qui l'on fera toujours croire tout ce que l'on voudra. Cela ne vous offense point, il

ne tombe entre lui et vous aucun soupçon de ressemblance... Mais j'aperçois venir le père d'Octave.

Commençons par lui, puisqu'il se présente. Allez-vous-en tous deux. (A Octave.) Et vous, avertissez

votre Sylvestre de venir vite jouer son rôle.

SCENE V - ARGANTE, SCAPIN

SCAPIN

, à part Le voila qui rumine.

ARGANTE

, se croyant seul. Avoir si peu de conduite et de considération! S'aller jeter dans un

engagement comme celui-là! Ah! ah! jeunesse impertinente!

SCAPIN

Monsieur, votre serviteur.

ARGANTE

Bonjour, Scapin.

SCAPIN

Vous rêvez à l'affaire de votre fils?

ARGANTE

Je t'avoue que cela me donne un furieux chagrin.

< page précédente | 30 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.