bibliotheq.net - littérature française
 

Molière - Le Mariage forcé

Assurément ?

Sganarelle

Assurément.

Alcidas

Avec votre permission, donc...

(Alcidas lui donne encore des coups de bâton.)

Sganarelle

Ah! ah! ah!

Alcidas

Monsieur, j'ai tous les regrets du monde d'être obligé d'en user ainsi avec vous ; mais je ne cesserai point,
s'il vous plaît, que vous n'ayez promis de vous battre, ou d'épouser ma soeur.

(Alcidas lève le bâton.)

Sganarelle

Eh bien, j'épouserai, j'épouserai.

Alcidas

Ah! Monsieur, je suis ravi que vous vous mettiez à la raison, et que les choses se passent doucement. Car
enfin vous êtes l'homme du monde que j'estime le plus, je vous jure ; et j'aurais été au désespoir que vous

m'eussiez contraint à vous maltraiter. Je vais appeler mon père, pour lui dire que tout est d'accord.

(Il va frapper à la porte d'Alcantor.)

Scène XVII. - Alcantor, Dorimène, Alcidas, Sganarelle.

Alcidas

Mon père, voilà Monsieur qui est tout à fait raisonnable. Il a voulu faire les choses de bonne grâce, et
vous pouvez lui donner ma soeur.

Alcantor

Monsieur, voilà sa main ; vous n'avez qu'à donner la vôtre. Loué soit le ciel! m'en voilà déchargé, et c'est
vous désormais que regarde le soin de sa conduite. Allons nous réjouir et célébrer cet heureux mariage.

FIN DU MARIAGE FORCÉ.

Notes [from 1890 edition]

(1) "Mettez donc dessus", pour "mettez donc votre chapeau". Locution elliptique qui n'est plus d'usage, et
dont nous avons déjà vu un exemple dans l'"École des femmes", acte III, scène IV. - - - - - - (2) Donner

un "cadeau" signifiait autrefois "donner un repas". Le P. Bouhours fait venir ce mot de "cadendo", parce

< page précédente | 35 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.