bibliotheq.net - littérature française
 

Molière - Le Mariage forcé

La raison ? C'est que je ne me sens point propre pour le mariage, et que je veux imiter mon père, et tous
ceux de ma race, qui ne se sont jamais voulu marier.

Alcantor

Écoutez. Les volontés sont libres ; et je suis homme à ne contraindre jamais personne. Vous vous êtes
engagé avec moi pour épouser ma fille, et tout est préparé pour cela ; mais puisque vous voulez retirer

votre parole, je vais voir ce qu'il y a à faire ; et vous aurez bientôt de mes nouvelles.

Scène XV. - Sganarelle.

Sganarelle

Encore est-il plus raisonnable que je ne pensais, et je croyais avoir bien plus de peine à m'en dégager. Ma
foi, quand j'y songe, j'ai fait fort sagement de me tirer de cette affaire ; et j'allais faire un pas dont je me

serais peut-être longtemps repenti. Mais voici le fils qui vient me rendre réponse.

Scène XVI. - Alcidas, Sganarelle.

Alcidas

(parlant d'un ton doucereux.)

Monsieur, je suis votre serviteur très humble.

Sganarelle

Monsieur, je suis le vôtre de tout mon coeur.

Alcidas

(toujours avec le même ton.)

Mon père m'a dit, Monsieur, que vous vous étiez venu dégager de la parole que vous aviez donnée.

Sganarelle

Oui, Monsieur, c'est avec regret ; mais...

Alcidas

Oh! Monsieur, il n'y a pas de mal à cela.

Sganarelle

J'en suis fâché, je vous assure ; et je souhaiterais...

Alcidas

Cela n'est rien, vous dis-je.

(Alcidas présente à Sganarelle deux épées.)

Monsieur, prenez la peine de choisir, de ces deux épées, laquelle vous voulez.

< page précédente | 32 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.