bibliotheq.net - littérature française
 

Molière - L'École des femmes

De tous ces damoiseaux on sait trop les coutumes :
Ils ont de beaux canons, force rubans et plumes,

Grands cheveux, belles dents, et des propos fort doux ;

Mais, comme je vous dis, la griffe est là-dessous ;

Et ce sont vrais satans, dont la gueule altérée

De l'honneur féminin cherche à faire curée.

Mais, encore une fois, grâce au soin apporté,

Vous en êtes sortie avec honnêteté.

L'air dont je vous ai vu lui jeter cette pierre,

Qui de tous ses desseins a mis l'espoir par terre,

Me confirme encor mieux à ne point différer

Les noces où je dis qu'il vous faut préparer.

Mais, avant toute chose, il est bon de vous faire

Quelque petit discours qui vous soit salutaire.

Un siège au frais ici.

(A Georgette et à Alain.)

Vous, si jamais en rien...

GEORGETTE
De toutes vos leçons nous nous souviendrons bien,
Cet autre monsieur-là nous en faisait accroire ;

Mais...

ALAIN
S'il entre jamais, je veux jamais ne boire.
Aussi bien est-ce un sot ; il nous a, l'autre fois,

Donné deux écus d'or qui n'étaient pas de poids.

ARNOLPHE
Ayez donc pour souper tout ce que je désire ;
Et pour notre contrat, comme je viens de dire,

Faites venir ici, l'un ou l'autre, au retour,

Le notaire qui loge au coin de ce carfour.

Scène 2 : ARNOLPHE, AGNES


ARNOLPHE

, assis.

Agnès, pour m'écouter, laissez là votre ouvrage :
Levez un peu la tête, et tournez le visage :

(Mettant le doigt sur son front.)

Là, regardez-moi là durant cet entretien ;
Et, jusqu'au moindre mot, imprimez-le-vous bien.

< page précédente | 33 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.