bibliotheq.net - littérature française
 

Molière - L'École des femmes

Levez-vous, et, rentrant, faites qu'Agnès descende.
Arrêtez.

(A part.)

Sa surprise en deviendrait moins grande :
Du chagrin qui me trouble ils iraient l'avertir,

Et moi-même je veux l'aller faire sortir.

(A Alain et à Georgette.)

Que l'on m'attende ici.

Scène 3 : ALAIN, GEORGETTE.


GEORGETTE

Mon Dieu, qu'il est terrible!
Ses regards m'ont fait peur, mais une peur horrible,

Et jamais je ne vis un plus hideux chrétien.

ALAIN
Ce monsieur l'a fâché ; je te le disais bien.

GEORGETTE
Mais que diantre est-ce là, qu'avec tant de rudesse
Il nous fait au logis garder notre maîtresse?

D'où vient qu'à tout le monde il veut tant la cacher,

Et qu'il ne saurait voir personne en approcher?

ALAIN
C'est que cette action le met en jalousie.

GEORGETTE
Mais d'où vient qu'il est pris de cette fantaisie?

ALAIN
Cela vient... Cela vient de ce qu'il est jaloux.

GEORGETTE
Oui ; mais pourquoi l'est-il? et pourquoi ce courroux?

ALAIN
C'est que la jalousie... entends-tu bien, Georgette,
Est une chose... là... qui fait qu'on s'inquiète...

Et qui chasse les gens d'autour d'une maison.

Je m'en vais te bailler une comparaison,

Afin de concevoir la chose davantage.

< page précédente | 21 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.