bibliotheq.net - littérature française
 

Molière - L'Avare

MAITRE JACQUES
Elle est de couleur... là, d'une certaine couleur... Ne sauriez-vous m'aider à dire ?

HARPAGON
Euh !

MAITRE JACQUES
N'est-elle pas rouge ?

HARPAGON
Non, grise.

MAITRE JACQUES
Eh ! oui, gris-rouge ; c'est ce que je voulais dire.

HARPAGON
Il n'y a point de doute. C'est elle assurément. Ecrivez, monsieur, écrivez sa déposition. Ciel ! à qui
désormais se fier ? Il ne faut plus jurer de rien ; et je crois, après cela, que je suis homme à me voler

moi-même.

MAITRE JACQUES
Monsieur, le voici qui revient. Ne lui allez pas dire au moins que c'est moi qui vous ai découvert cela.

SCENE III - VALERE, HARPAGON, LE COMMISSAIRE, SON CLERC, MAITRE JACQUES.

HARPAGON
Approche. Viens confesser l'action la plus noire, l'attentat le plus horrible qui jamais ait été commis.

VALERE
Que voulez-vous, monsieur ?

HARPAGON
Comment, traître, tu ne rougis pas de ton crime ?

VALERE
De quel crime voulez-vous donc parler ?

HARPAGON
De quel crime je veux parler, infâme ! comme si tu ne savais pas ce que je veux dire ! C'est en vain que
tu prétendrais de le déguiser : l'affaire est découverte, et l'on vient de m'apprendre tout. Comment !

abuser ainsi de ma bonté et s'introduire exprès chez moi pour me trahir, pour me jouer un tour de cette

nature !

VALERE
Monsieur, puisqu'on vous a découvert tout, je ne veux point chercher de détours et vous nier la chose.

MAITRE JACQUES
, à part Oh ! oh ! Aurais-je deviné sans y penser ?

VALERE

< page précédente | 62 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.