bibliotheq.net - littérature française
 

Molière - L'Avare

De grâce !

MAITRE JACQUES
Vous êtes un impertinent.

VALERE
Monsieur maître Jacques !

MAITRE JACQUES
II n'y a point de monsieur maître Jacques pour un double. Si je prends un bâton, je vous rosserai
d'importance.

VALERE
Comment ! un bâton ? (Valère le fait reculer autant qu'il l'a fait.)

MAITRE JACQUES
Eh ! je ne parle pas de cela.

VALERE
Savez-vous bien, monsieur le fat, que je suis homme à vous rosser vous-même ?

MAITRE JACQUES
Je n'en doute pas.

VALERE
Que vous n'êtes, pour tout potage, qu'un faquin de cuisinier ?

MAITRE JACQUES
Je le sais bien.

VALERE
Et que vous ne me connaissez pas encore ?

MAITRE JACQUES
. Pardonnez-moi.

VALERE
Vous me rosserez, dites-vous ?

MAITRE JACQUES
Je le disais en raillant.

VALERE
Et moi, je ne prends point de goût à votre raillerie. (Il lui donne des coups de bâton.) Apprenez que vous
êtes un mauvais railleur.

MAITRE JACQUES
, seul Peste soit la sincérité ! c'est un mauvais métier. Désormais j'y renonce, et je ne veux plus dire vrai.
Passe encore pour mon maître, il a quelque droit de me battre, mais, pour ce monsieur l'intendant, je m'en

vengerai si je le puis.

SCENE III - FROSINE, MARIANE, MAITRE JACQUES.

< page précédente | 39 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.