bibliotheq.net - littérature française
 

Molière - L'Avare

FROSINE
Hé ! c'est toi, mon pauvre La Flèche ! D'où vient cette rencontre ?

LA FLECHE
Ah ! ah ! c'est toi, Frosine ! Que viens-tu faire ici ?

FROSINE
Ce que je fais partout ailleurs : m'entremettre d'affaires, me rendre serviable aux gens et profiter du
mieux qu'il m'est possible des petits talents que je puis avoir. Tu sais que dans ce monde il faut vivre

d'adresse, et qu'aux personnes comme moi le ciel n'a donné d'autres rentes que l'intrigue et que

l'industrie.

LA FLECHE
As-tu quelque négoce avec le patron du logis ?

FROSINE
Oui, je traite pour lui quelque petite affaire dont j'espère récompense.

LA FLECHE
De lui ? Ah ! ma foi, tu seras bien fine si tu en tires quelque chose, et je te donne avis que l'argent céans
est fort cher.

FROSINE
Il y a de certains services qui touchent merveilleusement.

LA FLECHE
Je suis votre valet, et tu ne connais pas encore le seigneur Harpagon. Le seigneur Harpagon est de tous
les humains l'humain le moins humain, le mortel de tous les mortels le plus dur et le plus serré. Il n'est

point de service qui pousse sa reconnaissance jusqu'à lui faire ouvrir les mains. De la louange, de

l'estime, de la bienveillance en paroles et de l'amitié, tant qu'il vous plaira ; mais de l'argent, point

d'affaires. Il n'est rien de plus sec et de plus aride que ses bonnes grâces et ses caresses, et donner est un

mot pour qui il a tant d'aversion qu'il ne dit jamais : Je vous donne, mais : Je vous prête le bonjour.

FROSINE
Mon Dieu, je sais l'art de traire les hommes. J'ai le secret do m'ouvrir leur tendresse, de chatouiller leurs
coeurs, de trouver les endroits par où ils sont sensibles.

LA FLECHE
Bagatelles ici ! Je te défie d'attendrir, du côté de l'argent, l'homme dont il est question. Il est Turc
là-dessus, mais d'une turquerie à désespérer tout le monde ; et l'on pourrait crever qu'il n'en branlerait

pas. En un mot, il aime l'argent plus que réputation, qu'honneur et que vertu, et la vue d'un demandeur lui

donne des convulsions. C'est le frapper par son endroit mortel, c'est lui percer le coeur, c'est lui arracher

les entrailles ; et si... Mais il revient, je me retire.

SCENE V - HARPAGON, FROSINE.

HARPAGON
, bas Tout va comme il faut. (Haut.) Hé bien ! qu'est-ce, Frosine ?

FROSINE

< page précédente | 26 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.