bibliotheq.net - littérature française
 

Molière - Dom Juan, ou le festin de pierre

D. JUAN

Et pourquoy craindre, ne l'ay-je pas bien tué ?

SGANARELLE

Fort bien, le mieux du monde, et il auroit tort de se plaindre.

D. JUAN

J'ay eu ma grace de cette affaire.

SGANARELLE

Oüy, mais cette grace n'éteint pas peut-estre le ressentiment des parens et des amis, et...

D. JUAN

Ah ! n'allons point songer au mal qui nous peut arriver, et songeons seulement à ce qui nous peut donner
du plaisir. La personne dont je te parle, est une jeune Fiancée, la plus agreable du monde, qui a esté

conduite icy par celuy mesme qu'elle y vient épouser ; et le hazard me fit voir ce couple d'Amans, trois

ou quatre jours avant leur voyage. Jamais je n'ay veu deux personnes estre si contens l'un de l'autre, et

faire éclater plus d'amour. La tendresse visible de leurs mutuelles ardeurs me donna de l'émotion ; j'en

fus frappé au coeur, et mon amour commença par la jalousie. Oüy, je ne pus souffrir d'abord de les voir si

bien ensemble, le dépit allarma mes desirs, et je me figuray un plaisir extrême, à pouvoir troubler leur

intelligence, et rompre cét attachement, dont la delicatesse de mon coeur se tenoit offensée ; mais jusques

icy tous mes efforts ont esté inutiles, et j'ay recours au dernier remede. Cét époux pretendu doit

aujourd'huy regaler sa Maistresse d'une promenade sur mer ; sans t'en avoir rien dit, toutes choses sont

preparées pour satisfaire mon amour, et j'ay une petite Barque, et des gens, avec quoy fort facilement je

pretends enlever la Belle.

SGANARELLE

Ha ! Monsieur...

D. JUAN

Hen ?

SGANARELLE

C'est fort bien fait à vous, et vous le prenez comme il faut, il n'est rien tel en ce monde, que de se
contenter.

D. JUAN

Prepare-toy donc à venir avec moy, et prend soin toymesme d'apporter toutes mes armes, afin que...
(Il apperçoit D. Elvire.)

Ah ! rencontre fascheuse, traistre, tu ne m'avois pas dit qu'elle estoit icy elle-mesme.

SGANARELLE

Monsieur, vous ne me l'avez pas demandé.

D. JUAN

Est-elle folle de n'avoir pas changé d'habit, et de venir en ce lieu-cy, avec son équipage de campagne ?

SCÈNE III. D. ELVIRE, D. JUAN, SGANARELLE.

D. ELVIRE

< page précédente | 7 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.