bibliotheq.net - littérature française
 

Molière - Dom Juan, ou le festin de pierre

SGANARELLE, Suite.

D. JUAN

Une chaise et un couvert, viste donc !
(A Sganarelle.)

Allons, mets-toy à table.

SGANARELLE

Monsieur, je n'ay plus de faim.

D. JUAN

Mets-toy là, te dis-je. A boire. A la santé du Commandeur, je te la porte, Sganarelle. Qu'on luy donne du
vin.

SGANARELLE

Monsieur, je n'ay pas soif.

D. JUAN

Bois et chante ta chanson pour regaler le Commandeur.

SGANARELLE

Je suis enrumé, Monsieur.

D. JUAN

Il n'importe, allons. Vous autres venez, accompagnez sa voix.

LA STATUE

D. Juan, c'est assez, je vous invite à venir demain souper avec moy, en aurez-vous le courage ?

D. JUAN

Oüy, j'iray accompagné du seul Sganarelle.

SGANARELLE

Je vous rends grace, il est demain jeusne pour moy.

D. JUAN

à Sganarelle.

Prends ce flambeau.

LA STATUE

On n'a pas besoin de lumiere, quand on est conduit par le Ciel.

ACTE V


SCÈNE PREMIERE - D. LOUIS, D. JUAN, SGANARELLE.

D. LOUIS

Quoy, mon fils, seroit-il possible que la bonté du Ciel eust exaucé mes voeux ? Ce que vous me dites
est-il bien vray ? ne m'abusez-vous point d'un faux espoir, et puis-je prendre quelque assurance sur la

nouveauté surprenante d'une telle conversion ?

D. JUAN

faisant l'hipocrite.

Oüy, vous me voyez revenu de toutes mes erreurs, je ne suis plus le mesme d'hier au soir, et le Ciel tout

< page précédente | 47 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.