bibliotheq.net - littérature française
 

Molière - Dom Juan, ou le festin de pierre

D. ELVIRE

Non, D. Juan, ne me retenez pas davantage.

D. JUAN

Madame, vous me ferez plaisir de demeurer, je vous assure.

D. ELVIRE

Non, vous dis-je, ne perdons point de temps en discours superflus, laissez-moy viste aller, ne faites
aucune instance pour me conduire, et songez seulement à profiter de mon avis.

SCÈNE VII - D. JUAN, SGANARELLE, Suite.

D. JUAN

Sçais-tu bien que j'ay encore senty quelque peu d'émotion pour elle, que j'ay trouvé de l'agrément dans
cette nouveauté bizarre, et que son habit negligé, son air languissant, et ses larmes ont réveillé en moy

quelques petits restes d'un feu éteint.

SGANARELLE

C'est à dire que ses paroles n'ont fait aucun effet sur vous.

D. JUAN

Viste à souper.

SGANARELLE

Fort bien.

D. JUAN

se mettant à table.

Sganarelle, il faut songer à s'amender pourtant.

SGANARELLE

Oüy dea.

D. JUAN

Oüy, ma foy, il faut s'amender, encore vingt ou trente ans de cette vie cy, et puis nous songerons à nous.

SGANARELLE

Oh.

D. JUAN

Qu'en dis-tu ?

SGANARELLE

Rien, voila le soupé.

(Il prend un morceau d'un des plats qu'on apporte, et le met dans sa bouche.)

D. JUAN

Il me semble que tu as la joüe enflée, qu'est-ce que c'est ? parle donc, qu'as-tu là ?

SGANARELLE

< page précédente | 45 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.