bibliotheq.net - littérature française
 

Molière - Dom Juan, ou le festin de pierre

LA VIOLETTE

Il y a trois quarts d'heure que je luy dis, mais il ne veut pas le croire, et s'est assis là-dedans pour attendre.

SGANARELLE

Qu'il attende tant qu'il voudra.

D. JUAN

Non, au contraire, faites-le entrer, c'est une fort mauvaise politique que de se faire celer aux creanciers. Il
est bon de les payer de quelque chose, et j'ay le secret de les renvoyer satisfaits sans leur donner un

double.

SCÈNE III - D. JUAN, Mr DIMANCHE, SGANARELLE, Suite.

D. JUAN

faisant de grandes civilitez.

Ah, Monsieur Dimanche, approchez. Que je suis ravy de vous voir, et que je veux de mal à mes gens de
ne vous pas faire entrer d'abord ! J'avois donné ordre qu'on ne me fist parler personne, mais cét ordre

n'est pas pour vous, et vous estes en droit de ne trouver jamais de porte fermée chez moy.

Mr DIMANCHE

Monsieur, je vous suis fort obligé.

D. JUAN

parlant à ses Laquais.

Parbleu, coquins, je vous apprendray à laisser Monsieur Dimanche dans une antichambre, et je vous
feray connoistre les gens.

Mr DIMANCHE

Monsieur, cela n'est rien.

D. JUAN

Comment ? vous dire que je n'y suis pas, à Monsieur Dimanche, au meilleur de mes amis ?

Mr DIMANCHE

Monsieur, je suis vostre serviteur. J'estois venu...

D. JUAN

Allons, viste, un siege pour Monsieur Dimanche.

Mr DIMANCHE

Monsieur, je suis bien comme cela.

D. JUAN

Point, point, je veux que vous soyez assis contre moy.

Mr DIMANCHE

Cela n'est point necessaire.

D. JUAN

Ostez ce pliant, et apportez un fauteüil.

Mr DIMANCHE

Monsieur, vous vous moquez, et...

< page précédente | 37 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.