bibliotheq.net - littérature française
 

Molière - Dom Juan, ou le festin de pierre

SGANARELLE

Je n'ay pas grande peine à le comprendre moy, et si tu connoissois le pelerin, tu trouverois la chose assez
facile pour luy. Je ne dis pas qu'il ait changé de sentimens pour D. Elvire, je n'en ay point de certitude

encore ; tu sçais que par son ordre je partis avant luy, et depuis son arrivée il ne m'a point entretenu, mais

par precaution, je t'apprens (inter nos) que tu vois en D. Juan mon Maistre, le plus grand scelerat que la

terre ait jamais porté, un enragé, un chien, un Diable, un Turc, un Heretique, qui ne croit ny Ciel, ny

Enfer, ny loup-garou, qui passe cette vie en veritable beste-brute, un pourceau d'Epicure, un vray

Sardanapale, qui ferme l'oreille à toutes les remontrances [chrestiennes] qu'on luy peut faire, et traite de

billevezées tout ce que nous croyons. Tu me dis qu'il a épousé ta Maîtresse, croy qu'il auroit plus fait

pour sa passion, et qu'avec elle il auroit encore épousé toy, son chien, et son chat. Un Mariage ne luy

coûte rien à contracter, il ne se sert point d'autres pieges pour attraper les belles, et c'est un épouseur à

toutes mains, Dame, Demoiselle, Bourgeoise, Païsane, il ne trouve rien de trop chaud, ny de trop froid

pour luy ; et si je te disois le nom de toutes celles qu'il a épousées en divers lieux, ce seroit un chapitre à

durer jusques au soir. Tu demeures surpris, et changes de couleur à ce discours ; ce n'est-là qu'une

ébauche du personnage, et pour en achever le portrait, il faudroit bien d'autres coups de pinceau, suffit

qu'il faut que le courroux du Ciel l'accable quelque jour : qu'il me faudroit bien mieux d'estre au diable,

que d'estre à luy, et qu'il me fait voir tant d'horreurs, que je souhaiterois qu'il fust déja je ne sçay où ;

mais un grand Seigneur méchant homme est une terrible chose ; il faut que je luy sois fidele en dépit que

j'en aye, la crainte en moy fait l'office du zele, bride mes sentimens, et me reduit d'applaudir bien souvent

à ce que mon ame deteste. Le voila qui vient se promener dans ce Palais, separons-nous ; écoute, au

moins, je t'ay fait cette confidence avec franchise, et cela m'est sorty un peu bien viste de la bouche ;

mais s'il faloit qu'il en vinst quelque chose à ses oreilles, je dirois hautement que tu aurois menty.

SCÈNE II - D. JUAN, SGANARELLE.

D. JUAN

Quel homme te parloit là, il a bien de l'air ce me semble du bon Gusman de D. Elvire ?

SGANARELLE

C'est quelque chose aussi à peu prés de cela.

D. JUAN

Quoy, c'est luy ?

SGANARELLE

Luy-mesme.

D. JUAN

Et depuis quand est-il en cette Ville ?

SGANARELLE

D'hier au soir.

D. JUAN

Et quel sujet l'ameine ?

SGANARELLE

Je crois que vous jugez assez ce qui le peut inquieter.

< page précédente | 3 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.