bibliotheq.net - littérature française
 

Molière - Dom Juan, ou le festin de pierre

perfidie.

D. JUAN

Sganarelle, le Ciel !

SGANARELLE

Vraiment oüy, nous nous moquons bien de cela, nous autres.

D. JUAN

Madame...

D. ELVIRE

Il suffit, je n'en veux pas oüir davantage, et je m'accuse mesme d'en avoir trop entendu. C'est une lâcheté
que de se faire expliquer trop sa honte ; et sur de tels sujets, un noble coeur au premier mot doit prendre

son party. N'attends pas que j'éclate icy en reproches et en injures, non, non, je n'ay point un couroux à

exhaler en paroles vaines, et toute sa chaleur se reserve pour sa vengeance. Je te le dis encore, le Ciel te

punira, perfide, de l'outrage que tu me fais, et si le Ciel n'a rien que tu puisses apprehender, apprehende

du moins la colere d'une Femme offencée.

SGANARELLE

Si le remords le pouvoit prendre.

D. JUAN

aprés une petite reflexion.

Allons songer à l'execution de nostre entreprise amoureuse.

SGANARELLE

Ah, quel abominable Maître me vois-je obligé de servir !

ACTE II


SCÈNE PREMIERE - CHARLOTTE, PIERROT.

CHARLOTE

Nostre-dinse, Piarrot, tu t'es trouvé-là bien à point.

PIERROT

Parquienne, il ne s'en est pas falu l'époisseur d'une éplinque, qu'ils ne se sayant nayez tous deux.

CHARLOTE

C'est donc le coup de vent da matin qui les avoit ranvarsez dans la mar.

PIERROT

Aga guien, Charlote, je m'en vas te conter tout fin drait comme cela est venu : car, comme dit l'autre, je
les ay le premier avisez, avisez le premier je les ay. Enfin donc, j'estions sur le bord de la mar, moy et le

gros Lucas, et je nous amusions à batifoler avec des mottes de tarre que je nous jesquions à la teste : car

comme tu sçais bian, le gros Lucas aime à batifoler, et moy par fouas je batifole itou. En batifolant donc,

pisque batifoler y a, j'ay apparceu de tout loin queuque chose qui groüilloit dans gliau, et qui venoit

comme envars nou par secousse. Je voyois cela fixiblement, et pis tout d'un coup je voyois que je ne

voyois plus rien. Eh, Lucas, çay-je fait, je pense que ula des hommes qui nageant là-bas. Voire, ce ma til

fait, t'as esté au trépassement d'un chat, tas la veuë trouble. Pal sanquienne, çay je fait, je n'ay point la

veuë trouble, ce sont des hommes. Point du tout, ce ma til fait, t'as la barluë. Veux tu gager, çay je fait,

< page précédente | 10 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.