bibliotheq.net - littérature française
 

M.J. Gaberel - Voltaire et les Genevois

d'Allambella. » A Madame de Choiseul il mande: « Je recevrai incessamment le cordon de saint François
qui, je le crains, ne me rendra pas la vigueur de la jeunesse: en attendant, daignez agréer le respect

paternel et les prières de frère François, capucin indigne. »

Le comte de Saint-Florentin, ministre de Louis XV, lui manda d'être plus circonspect à l'avenir, vu que le
roi était très-mécontent de cette affaire; Voltaire lui répondit: « J'édifie les habitants de mes terres et de

tous les environs en communiant. Le roi veut qu'on s'acquitte de ses devoirs religieux, non-seulement je

les remplis, mais j'envoie régulièrement mes domestiques catholiques à l'église et les protestants au

temple: je pensionne un maître d'école pour enseigner le catéchisme aux enfants; je fais lire

publiquement les sermons de Massillon à mes repas. J'ai soin d'informer M. le curé des désordres de sa

paroisse, quand je les apprends le premier; je l'invite à y mettre fin par ses remontrances et à inspirer le

respect pour la religion et les moeurs. »

Pour résumer cette rapide et malheureusement bien incomplète esquisse du genre de vie adopté par
Voltaire, noue citerons quelques lignes de M. Nicolardot, auteur ultramontain, qui a déployé la plus

injuste sévérité à l'égard du grand poëte: sa description de Ferney n'en est que plus saillante. « La

victoire, dit-il, le commerce et l'opulence ont eu leur métropole; Ferney fut pendant vingt années la

capitale de l'esprit: tous les monarques s'empressèrent de reconnaître cette principauté, ils la saluèrent à

l'envi comme la reine des peuples, le flambeau de la civilisation. Ce que le roi de la civilisation abhorrait,

ils l'abhorraient; ce qu'il aimait, ils l'aimaient; ce qu'il aspirait à détruire, ils s'efforçaient de le détruire. Ils

lui envoyaient des courriers presque toutes les semaines; ils donnèrent l'ordre à leurs ambassadeurs de

respecter toutes ses fantaisies, de favoriser toutes ses entreprises, d'oublier toutes ses fautes. Les

Parlements avaient brûlé d'envie de sévir contre la cour de Ferney, mais la cour de France laissait faire,

L'évêque d'Annecy le menaçait de ses foudres, mais la ville aux sept collines, la ville du vicaire de

Jésus-Christ tolérait ses insolences continuelles et ses injures grossières... Des flots d'étrangers y

affluaient sans cesse, ducs, maréchaux, gentilshommes, académiciens, présidents, coudoyaient l'avocat,

l'officier, le prêtre, le robin, le journaliste. Tout chemin conduisait à Ferney comme autrefois à Rome. Se

proposait-on de parcourir Venise, Gênes, Florence, Naples, on passait par Ferney. Désirait-on baiser la

mule du pape ou les pieds de l'impératrice de Russie, on traversait Ferney. Quel que fût le sujet du départ,

amour, intrigue, affaires, guerre, persécution, plaisir, curiosité, santé, on faisait halte à Ferney. C'était la

capitale autocratique de l'esprit dans un siècle où tout le monde se piquait d'avoir de l'esprit. »

Ainsi parle l'auteur ultramontain, et nous ajouterons qu'à une lieue de Ferney se trouvaient douze
pasteurs huguenots et autant de magistrats religieux qui, considérant comme leur devoir de maintenir la

foi chrétienne dans la conscience du peuple confié à leurs soins, ne craignirent pas de lutter pendant vingt

années avec cette royauté si universellement reconnue de l'esprit et de l'irréligion. Ce sont les détails de

cette lutte que nous devons maintenant essayer de retracer.

- V -

MOEURS ET USAGES GENEVOIS A L'ARRIVEE DE VOLTAIRE

Sous le rapport social et religieux, Genève était organisée de manière à présenter une vigoureuse
résistance à l'invasion des nouvelles idées françaises. Quoique, au milieu du XVIIIe siècle, la législation

de Calvin eût subi, cela va sans dire, de nombreuses modifications, néanmoins les principales

dispositions de ce remarquable ensemble, organisé plus de deux siècles auparavant par la vigoureuse

conception du réformateur, étaient encore pleinement appliquées et observées. Un coup d'oeil rétrospectif

sur les lois ecclésiastiques de Genève est donc nécessaire pour l'intelligence de la période que nous avons

< page précédente | 12 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.