bibliotheq.net - littérature française
 

Louis Hémon - Maria Chapdelaine

semblait que ce fussent la campagne et le bois qui s'illuminaient pour la venue de l'heure sacrée.

«Les mille Ave sont dits, songea Maria, mais je n'ai pas encore demandé de faveur... pas avec des
mots.»

Il lui avait semblé que ce ne serait peut-être pas nécessaire; que la divinité comprendrait sans qu'il fût
besoin d'un voeu formulé par les lèvres, surtout Marie... qui avait été femme sur cette terre. Mais au

dernier moment son coeur simple conçut des craintes, et elle chercha à exprimer en paroles ce qu'elle

voulait demander.

François Paradis... Assurément son souhait se rapportait à François Paradis. Vous J'aviez deviné. Marie
pleine de grâce? Que pouvait-elle énoncer de ses désirs sans profanation? Qu'il n'ait pas de misère dans le

bois... Qu'il tienne ses promesses et abandonne de sacrer et de boire... Qu'il revienne au printemps...

Qu'il revienne au printemps... Elle s'arrête là, parce qu'il lui semble que lorsqu'il sera revenu, ayant tenu
ses promesses, le reste de leur bonheur qui vient sera quelque chose quels pourront accomplir presque

seuls... presque seuls... À moins que ce ne soit sacrilège de penser ainsi...

Qu'il revienne au printemps. Songeant à ce retour, à lui, à son beau visage brûlé de soleil qui se penchera
vers le sien, Maria oublie tout le reste, e regarde longtemps sans le voir le sol couvert de neige que la

lumière de la lune rend pareil à une grande plaque de quelque substance miraculeuse, un peu de nacre et

presque d'ivoire, et les clôtures noires, et la lisière roche des bois redoutables.

CHAPITRE X

Le jour de l'An n'amena aucun visiteur. Vers le soir, la mère Chapdelaine, un peu déçue, cacha sa
mélancolie sous la guise d'une gaieté exagérée.

- Quand même il ne viendrait personne, dit-elle, ce n'est pas une raison pour nous laisser pâtir. Nous
allons faire de la tire.

Les enfants poussèrent des cris de joie et suivirent des yeux les préparatifs avec un intérêt passionné. Du
sirop de sucre et de la cassonade furent mélangés et mis à cuire; quand la cuisson fut suffisamment

avancée, Télesphore rapporta du dehors un grand plat d'étain rempli de belle neige blanche. Tout le

monde se rassembla autour de la table, pendant que la mère Chapdelaine laissait tomber le sirop en

ébullition goutte à goutte sur la neige, où il se figeait à mesure en éclaboussures sucrées, délicieusement

froides.

Chacun fut servi à son tour, les grandes personnes imitant plaisamment l'avidité gourmande des petits;
mais la distribution fut arrêtée bientôt, sagement, afin de réserver un bon accueil à la vraie tire, dont la

confection ne faisait que commencer. Car il fallait parachever la cuisson, et, une fois la pâte prête, l'étirer

longuement pendant qu'elle durcissait. Les fortes mains grasses de la mère Chapdelaine manièrent cinq

minutes durant l'écheveau succulent qu'elles allongeaient et repliaient sans cesse; peu à peu leur

mouvement se fit plus lent, puis une dernière fois la pâte fut étirée à la grosseur du doigt et coupée avec

des ciseaux, à grand effort, car elle était déjà dure. La tire était faite.

Les enfants en mâchaient déjà les premiers morceaux quand des coups furent frappés à la porte.

- Eutrope Gagnon, fit le père. Je me disais aussi que ce serait bien rare s'il ne venait pas veiller avec nous
ce soir.

< page précédente | 44 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.