bibliotheq.net - littérature française
 

Louis Hémon - Maria Chapdelaine

À côté de lui Égide Simard, et d'autres qui, comme lui, étaient venus de loin en traîneau, agrafaient en
sortant de l'église leurs gros manteaux de fourrure qu'ils serraient à la taille avec des écharpes rouges.

Des jeunes gens du village, très élégants dans leurs pelisses à col de loutre, parlaient avec déférence au

vieux Nazaire Larouche, un grand homme gris aux larges épaules osseuses qui n'avait rien changé pour la

messe à sa tenue de tous les l'ours: vêtement court de toile brune doublé de peau de mouton, culottes

rapiécées et gros bas de laine gris dans des mocassins en peau d'orignal.

- Eh bien, monsieur Larouche, ça marche-t-il toujours de l'autre bord de l'eau?

- Pas pire, les jeunesses. Pas pire!

Chacun tirait de sa poche sa pipe et la vessie de porc pleine de feuilles de tabac hachées à la main et
commençait à fumer d'un air de contentement, après une heure et demie de contrainte. Tout en aspirant

les premières bouffées ils causaient du temps, du printemps qui venait, de l'état de la glace sur le lac

Saint-Jean et sur les rivières, de leurs affaires et des nouvelles de la paroisse, en hommes qui ne se voient

guère qu'une fois la semaine à cause des grandes distances et des mauvais chemins.

- Le lac est encore bon, dit Cléophas Pesant, mais les rivières ne sont déjà plus sûres. La glace s'est
fendue cette semaine à ras le banc de sable en face de l'île, là où il y a eu des trous chauds tout l'hiver.

D'autres commençaient à parler de la récolte probable, avant même que la terre se fût montrée.

- Je vous dis que l'année sera pauvre, fit un vieux, la terre avait gelé avant les premières neiges.

Puis les conversations se ralentirent et l'on se tourna vers la première marche du perron, d'où Napoléon
Laliberté se préparait à crier, comme toutes les semaines, les nouvelles de la paroisse.

Il resta immobile et muet quelques instants, attendant le silence, les mains à fond dans les poches de son
grand manteau de loup-cervier, plissant le front et fermant à demi ses yeux vifs sous la toque de fourrure

profondément enfoncée; et quand le silence fut venu, il se mit à crier les nouvelles de toutes ses forces,

de la voix d'un charretier qui encourage ses chevaux dans une côte.

- Les travaux du quai vont recommencer... J'ai reçu de l'argent du gouvernement, et tous ceux qui veulent
se faire engager n'ont qu'à venir me trouver avant les vêpres. Si vous voulez que cet argent-là reste dans

la paroisse au lieu de retourner à Québec, c'est de venir me parler pour vous faire engager vitement.

Quelques-uns allèrent vers lui; d'autres, insouciants, se contentèrent de rire. Un jaloux dit à demi-voix:

- Et qui va être un foreman à trois piastres par jour? C'est le bonhomme Laliberté...

Mais il disait cela plus par moquerie que par malice, et finit par rire aussi.

Toujours les mains dans les poches de son grand manteau, se redressant et carrant les épaules sur la plus
haute marche du perron, Napoléon Laliberté continuait à crier très fort.

- Un arpenteur de Roberval va venir dans la paroisse la semaine prochaine. S'il y en a qui veulent faire
arpenter leurs lots avant de rebâtir les clôtures pour l'été, c'est de le dire.

La nouvelle sombra dans l'indifférence. Les cultivateurs de Péribonka ne se souciaient guère de faire
rectifier les limites de leurs terres pour gagner ou perdre quelques pieds carrés, alors qu'aux plus vaillants

d'entre eux restaient encore à défricher les deux tiers de leurs concessions, d'innombrables arpents de

< page précédente | 2 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.