bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - Vingt mille lieues sous les mers, 2

forcément aller de la mer Rouge à la Méditerranée par le seul effet de la différence des niveaux. Je pêchai
donc un grand nombre de poissons aux environs de Suez. Je leur passai à la queue un anneau de cuivre,

et je les rejetai à la mer. Quelques mois plus tard, sur les côtes de Syrie, je reprenais quelques

échantillons de mes poissons ornés de leur anneau indicateur. La communication entre les deux m'était

donc démontrée. Je la cherchai avec mon Nautilus, je la découvris, je m'y aventurai, et avant peu,

monsieur le professeur, vous aussi vous aurez franchi mon tunnel arabique ! »

V. ARABIAN-TUNNEL

Ce jour même, je rapportai à Conseil et à Ned Land la partie de cette conversation qui les intéressait
directement. Lorsque je leur appris que, dans deux jours, nous serions au milieu des eaux de la

Méditerranée, Conseil battit des mains, mais le Canadien haussa les épaules.

« Un tunnel sous-marin ! s'écria-t-il, une communication entre les deux mers ! Qui a jamais entendu
parler de cela ?

Ami Ned, répondit Conseil, aviez-vous jamais entendu parler du Nautilus ? Non ! il existe
cependant. Donc, ne haussez pas les épaules si légèrement, et ne repoussez pas les choses sous prétexte

que vous n'en avez Jamais entendu parler.

Nous verrons bien ! riposta Ned Land, en secouant la tête. Après tout, je ne demande pas mieux que de
croire à son passage, à ce capitaine, et fasse le ciel qu'il nous conduise, en effet, dans la Méditerranée. »

Le soir même, par 21°30' de latitude nord, le Nautilus, flottant à la surface de la mer, se
rapprocha de la côte arabe. J'aperçus Djeddah, important comptoir de l'Égypte, de la Syrie, de la Turquie

et des Indes. Je distinguai assez nettement l'ensemble de ses constructions, les navires amarrés le long des

quais, et ceux que leur tirant d'eau obligeait à mouiller en rade. Le soleil, assez bas sur l'horizon, frappait

en plein les maisons de la ville et faisait ressortir leur blancheur. En dehors, quelques cabanes de bois ou

de roseaux indiquaient le quartier habité par les Bédouins.

Bientôt Djeddah s'effaça dans les ombres du soir, et le Nautilus rentra sous les eaux légèrement
phosphorescentes.

Le lendemain, 10 février, plusieurs navires apparurent qui couraient à contre-bord de nous. Le
Nautilus reprit sa navigation sous-marine ; mais à midi, au moment du point, la mer étant déserte,

il remonta jusqu'à sa ligne de flottaison.

Accompagné de Ned et de Conseil, je vins m'asseoir sur la plate-forme. La côte à l'est se montrait comme
une masse à peine estompée dans un humide brouillard.

Appuyés sur les flancs du canot, nous causions de choses et d'autres, quand Ned Land tendant sa main
vers un point de la mer, me dit :

« Voyez-vous là quelque chose, monsieur le professeur ?

Non, Ned, répondis-je, mais je n'ai pas vos yeux, vous le savez.

Regardez bien, reprit Ned, là, par tribord devant, à peu près à la hauteur du fanal ! Vous ne voyez pas une
masse qui semble remuer ?

En effet, dis-je, après une attentive observation, j'aperçois comme un long corps noirâtre à la surface des

< page précédente | 30 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.