bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - Vingt mille lieues sous les mers, 2

Ceylan fut acceptée par celui-ci d'une main tremblante.

Ses yeux effarés indiquaient du reste qu'il ne savait à quels êtres surhumains il devait à la fois la fortune
et la vie.

Sur un signe du capitaine, nous regagnâmes le banc de pintadines, et, suivant la route déjà parcourue,
après une demi-heure de marche nous rencontrions l'ancre qui rattachait au sol le canot du

Nautilus .

Une fois embarqués, chacun de nous, avec l'aide des matelots, se débarrassa de sa lourde carapace de
cuivre.

La première parole du capitaine Nemo fut pour le Canadien.

« Merci, maître Land, lui dit-il.

C'est une revanche, capitaine, répondit Ned Land. Je vous devais cela. »

Un pâle sourire glissa sur les lèvres du capitaine, et ce fut tout.

« Au Nautilus », dit-il.

L'embarcation vola sur les flots. Quelques minutes plus tard, nous rencontrions le cadavre du requin qui
flottait.

A la couleur noire marquant l'extrémité de ses nageoires, je reconnus le terrible mélanoptère de la mer
des Indes, de l'espèce des requins proprement dits. Sa longueur dépassait vingt-cinq pieds ; sa bouche

énorme occupait le tiers de son corps. C'était un adulte, ce qui se voyait aux six rangées de dents,

disposées en triangles isocèles sur la mâchoire supérieure.

Conseil le regardait avec un intérêt tout scientifique, et je suis sûr qu'il le rangeait, non sans raison, dans
la classe des cartilagineux. ordre des chondroptérygiens à branchies fixes, famille des sélaciens, genre

des squales.

Pendant que je considérais cette masse inerte, une douzaine de ces voraces mélanoptères apparut tout
d'un coup autour de l'embarcation ; mais, sans se préoccuper de nous, ils se jetèrent sur le cadavre et s'en

disputèrent les lambeaux.

A huit heures et demie, nous étions de retour à bord du Nautilus .

Là, je me pris à réfléchir sur les incidents de notre excursion au banc de Manaar. Deux observations s'en
dégageaient inévitablement. L'une, portant sur l'audace sans pareille du capitaine Nemo, l'autre sur son

dévouement pour un être humain, l'un des représentants de cette race qu'il fuyait sous les mers. Quoi qu'il

en dît, cet homme étrange n'était pas parvenu encore à tuer son coeur tout entier.

Lorsque je lui fis cette observation, il me répondit d'un ton légèrement ému :

« Cet Indien, monsieur le professeur, c'est un habitant du pays des opprimés, et je suis encore, et, jusqu'à
mon dernier souffle, je serai de ce pays-là ! »

IV. LA MER ROUGE

Pendant la journée du 29 janvier, l'île de Ceylan disparut sous l'horizon, et le Nautilus, avec une

< page précédente | 21 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.