bibliotheq.net - littérature française
 

Jules Verne - Vingt mille lieues sous les mers, 2

d'adhérer aux objets à la façon d'une ventouse.

Le rémora, que j'avais observé dans la Méditerranée, appartient à cette espèce. Mais celui dont il s'agit
ici. c'était l'échénélde ostéochère, particulier à cette mer. Nos marins, a mesure qu'ils les prenaient, les

déposaient dans des bailles pleines d'eau.

La pêche terminée, le Nautilus se rapprocha de la côte. En cet endroit, un certain nombre de
tortues marines dormaient à la surface des flots. Il eût été difficile de s'emparer de ces précieux reptiles,

car le moindre bruit les éveille, et leur solide carapace est à l'épreuve du harpon. Mais l'échénéïde devait

opérer cette capture avec une sûreté et une précision extraordinaires. Cet animal, en effet, est un hameçon

vivant, qui ferait le bonheur et la fortune du naïf pêcheur a la ligne.

Les hommes du Naulilus attachèrent à la queue de ces poissons un anneau assez large pour ne pas gêner
leurs mouvements, et à cet anneau, une longue corde amarrée à bord par l'autre bout.

Les échénéïdes, jetés à la mer, commencèrent aussitôt leur rôle et allèrent se fixer au plastron des tortues.
Leur ténacité était telle qu'ils se fussent déchirés plutôt que de lâcher prise. On les halait à bord, et avec

eux les tortues auxquelles ils adhéraient.

On prit ainsi plusieurs cacouannes, larges d'un mètre, qui pesaient deux cents kilos. Leur carapace,
couverte de plaques cornées grandes, minces, transparentes, brunes, avec mouchetures blanches et

jaunes, les rendaient très précieuses. En outre, elles étaient excellentes au point de vue comestible, ainsi

que les tortues franches qui sont d'un goût exquis.

Cette pêche termina notre séjour sur les parages de l'Amazone, et, la nuit venue, le Nautilus
regagna la haute mer.

XVIII. LES POULPES

Pendant quelques jours, le Nautilus s'écarta constamment de la côte américaine. Il ne voulait pas,
évidemment, fréquenter les flots du golfe du Mexique ou de la mer des Antilles. Cependant, l'eau n'eût

pas manqué sous sa quille, puisque la profondeur moyenne de ces mers est de dix-huit cents mètres ;

mais, probablement ces parages, semés d'îles et sillonnés de steamers, ne convenaient pas au capitaine

Nemo.

Le 16 avril, nous eûmes connaissance de la Martinique et de la Guadeloupe, à une distance de trente
milles environ. J'aperçus un instant leurs pitons élevés.

Le Canadien, qui comptait mettre ses projets à exécution dans le golfe, soit en gagnant une terre, soit en
accostant un des nombreux bateaux qui font le cabotage d'une île à l'autre, fut très décontenancé. La fuite

eût été très praticable si Ned Land fût parvenu a s'emparer du canot à l'insu du capitaine. Mais en plein

Océan, il ne fallait plus y songer.

La Canadien, Conseil et moi, nous eûmes une assez longue conversation à ce sujet. Depuis six mois nous
étions prisonniers à bord du Nautilus. Nous avions fait dix-sept mille lieues, et, comme le disait

Ned Land, il n'y avait pas de raison pour que cela finît. Il me fit donc une proposition à laquelle je ne

m'attendais pas. Ce fut de poser catégoriquement cette question au capitaine Nemo : Le capitaine

comptait-il nous garder indéfiniment à son bord ?

Une semblable démarche me répugnait. Suivant moi, elle ne pouvait aboutir. Il ne fallait rien espérer du

< page précédente | 117 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.